Rapport final








télécharger 1.01 Mb.
titreRapport final
page7/43
date de publication02.02.2018
taille1.01 Mb.
typeRapport
b.21-bal.com > économie > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   43

CADRE BIOPHYSIQUE ET SOCIOECONOMIQUE DU PAYS

  1. Situation géographique administrative de l’île de Santiago


L’archipel du Cap Vert se situe à une distance de 460-830 km à l’Ouest des côtes sénégalaises, à 1400 km au sud des îles Canaries. Il est constitué par 10 îles (et de nombreux ilots), dont neuf d’ entre elles sont inhabitées. Le site du projet est localisé à Santiago l'île la plus étendue de l'archipel avec 991 km² de supeie plus précisément à Praia qui est la capitale du pays qui compte aujourd'hui près de 70.00tants. On l'appelait autrefois Praia Santa Maria. La ville a été construite sur un plateau basaltique surplombant toute la baie. L'architecture des maisons du " plateau ", les pavées, les jardins, ses vestiges, le fort et son canon pointé vers la mer sont autant d'héritages laissés par l'impérialisme portugais.
    1. Le site et ses environs

a.La zone d’influence du projet



La zone du site Palmarejo est une superficie traditionnellement sans occupation humaine. Elle s’étend sur une superficie d’environ 200 m2 et est localisé dans l’enceinte du site d’Electra. Le site est limité à l’ouest par la centrale électrique de Palmarejo et la ZDTI de Santiago Golf Resort, à l’est par l’unité de désalinisation, au nord par le quartier de Sidadele et au sud par le site du Santiago Golf resort. Ce site (ZDTI) est une zone prévu pour abriter des activités de tourisme intégré. Il a été créé par décret N°9/98 du 31 décembre et s’étend sur 99 hectares. Par ailleurs, plusieurs projets immobiliers conduits conjointement par les municipalités de Praia, de Sao Domingos et de Ribeira Grandé et des particuliers serait en cours de réalisations dans les environs immédiats du site qui abrite le projet d’extension de la citerne de stockage. Il s’agit d’une zone assez exposée aux vents forts de NE, sans protection orographique donc très découverte. Elle n’est pas d’accès facile à la mer, ni de la plage. La distance qui sépare le site du projet d’avec les dernières habitations du quartier de Sidadele les plus proches, est d’environ 450 mètres. Une barrière physique constituée d’un ravin sépare la zone du projet d’avec la zone d’habitation.


Photo 1: Localisation du site de la centrale de Palmarejo

b.Paysage et occupation des sols


Le site du projet d’extension de la centrale est occupé sur ¾ de sa superficie par plusieurs centaines de fûts qui servent de stockage à l’huile usagée de la centrale de Palmarejo. La végétation est composée d’un tapis herbacé composé d’espèce de la famille des graminées. Elle est très dégradée par endroit. On note également quelques pieds euphorbiace et de prosopis sp. Le site du projet est localisé sur un terrain accidenté avec une pente abrupte sur sa partie occidentale. Il est contigu à l’unité de dessalement de Palmarejo et de la citerne financée par l’Union Européenne. On note en ce qui concerne la végétation une absence de ligneux et un tapis herbacé très dégradé.


Photo 2: Site d’extension de la centrale de Palmarejo

a.Milieu physique



Cadre climatique régional

Le Cap Vert, situé dans l’extrémité du Sahel, est caractérisé par un climat aride et semi-aride, dépendant de phénomènes météorologiques périodiques et avec plusieurs variantes, dans lesquelles l’eau assure une importance vitale. L’archipel est très vulnérable aux facteurs climatiques parce qu’ayant au fil des temps été dévasté par de nombreuses épisodes de sécheresse.
Température, insolation et humidité

Le climat, génériquement désigné par tropical sec, est conditionné par le mouvement périodique de trois masses d’air. La température moyenne mensuelle de l’air varie entre 22 et 28 ºC. L’humidité relative moyenne de l’air présente des valeurs élevées surtout pendant la nuit à cause de la proximité de la mer et des alizés. L’insolation est généralement très élevée, surtout dans les zones arides et semi-arides où elle peut dépasser les 11 heures par jour. Les vents prédominants sont les alizés provenant du Nord-Est qui, à une certaine époque de l’année (environ 2/3) comportent une faible humidité de l’air et contribuent à l’augmentation de l’évapotranspiration des cultures. Les valeurs de l’évapotranspiration potentielle sont toujours élevées, avec une variation journalière de 3 à 4,5 mm dépendant des zones bioclimatiques.
Pluviométrie

La pluviométrie moyenne annuelle est basse ; à Santiago (Praia) elle est de l’ordre de 21.7 mm (IM ,1965). La saison des pluies va de Juillet à Décembre, la plus grande pluviométrie relevée entre Aout et Septembre. La pluie est distribuée de façon inégale tout au long de l’année, tel que ça peut s’observer dans le tableau Figure 6.2. Pendant certaines années, cette pluviométrie se concentre à peine pendant quelques jours de l’an. Les fortes pluies, en régime torrentiel, et le relevé vigoureux, provoquent d’ un coté des pertes importantes de sol et d’un autre diminuent la capacité de rétention et de recharge d’aquifères. L’évapotranspiration est un phénomène important pour expliquer le petit volume d’eau disponible pour la recharge. Elles s’estiment autour de 50% les pertes par évapotranspiration. Des vents du Sud et Sud-est (vents de la mousson) humides, sont responsables des pluies entre Juillet et Novembre. Le Front Intertropical(FIT) est la zone de frontière entre les alizés et la mousson, et sa position détermine la période et la durée des pluies ; quand celle-ci n’atteint pas l’archipel, on assiste à des années de sécheresse.

Vitesse moyenne du vent

Dans la zone d’étude, d’autres données climatologiques importantes sont la vitesse moyenne annuelle du vent de 3,8m/s, qui atteint des vitesses maximums élevées, nommément dans la zone d’étude et la direction prédominante est Nord -est et Nord.
Géomorphologie et topographie

Le Cap Vert est un archipel d’îles d’origine volcaniques, provenant des formations rocheuses dominantes auxquelles résultent l’activité éruptive aérienne et sous-marine, comme le sont le basalte et les piroclastes. L’activité volcanique dans certaines îles continue de nos jours et a profondément marqué le paysage des îles.
Pédologie

Le matériel de couverture, dans la perspective de pédologie, sont les sols qui se sont formés à partir du matériau basaltique; on peut affirmer que les terrains de ELECTRA sont constitués par des sols pauvres, peu développés, où l’action des agents érosifs empêche le plein développement des phénomènes de la pédogénèse. Il s’agit de sols avec un fort composant de pierreux, typique de lithosols et sols. Ce matériau lourd a contribué à la protection du matériau plus fin, atténuant l’érosion éolienne. On observe que dans les zones ou les sols ont étés remués et que le composant fin soit mis en évidence, l’action des vents provoque le soulèvement de grands nuages de poussière. Face aux caractéristiques des sols présentés, on remarque que le sol de la zone analysée ne présente pas d’aptitudes agricoles. Il s’agit d’une zone sujette à une forte érosion éolienne ; présentement due à l’absence de couverture végétale. L’érosion éolienne est un des principaux agents de dégradation de cette ressource.
Volcanisme et sismicité

L’épisode du volcanisme la plus récente eut lieu en 1995 sur l’île de Fogo, voisine de Santiago. Le volcan de Fogo entre régulièrement en éruption avec une périodicité de presque 50 années. L’activité sismique, continuellement suivie, indique que presque toutes les îles sont sujettes à des séismes fréquents de faible intensité exceptées les îles de Brava et de Santo Antão, où aucune activité est majeure n’est notée.
Hydrologie

La Formation qui effleure dans la zone de la Centrale a constitué le principal aquifère de l’ile de Santiago, qui présente une liaison hydraulique entre les montagnes qui reçoivent les eaux de pluie et les transmet vers les terrains bas. Par connaissance de la profondeur du niveau phréatique dans la machine à de saliniser (CNA, 2000), dont la cote de 10 mètres atteint le niveau Phréatique à une profondeur de 10 mètres, il est prévu que dans la zone de la Centrale les eaux sous terraines seront à une profondeur autour de 40 mètres.
Hydrogéologie

Au Cap Vert il faut distinguer les ressources hydriques superficielles, temporelles, de régime torrentiel et pour cela d’utilisation difficile, et les ressources souterraines. Ces dernières, constituent les principales réserves d’eau des îles, qui à travers des trous, s’infiltre dans des galeries et fournissent de l’eau, loin de satisfaire les besoins des populations. Quelques îles ont recours à la désalinisation de l’eau de mer. A Palmarejo, il se pratique la désalinisation de l’eau souterraine, recueillie très prés de la mer d’ où une forte teneur de salinité (36000ppm). La pluviométrie se présente sous la forme de fortes pluies, qui inondent les lignes d’eau dont les lits sont presque secs. Il n’y a pas de cours d’eau permanents au Cap Vert. Ces torrents d’eau, comme courants rapides et abondants, réussissent à entrainer une charge solide importante, ce qui est facilité par le faible couvert végétal, la forte inclinaison des terrains et des sols profonds.

Les formations volcaniques permettent l’infiltration et l’écoulement sub-superficiel à travers les voies drainantes distribuées de façon hétérogène et découlant en zone plus ou moins perméables avec des productivités variables. Les divers exercices de calcul du bilan hydrologique, compilés par le Livre Blanc(2000), ont conclu des valeurs distinctes pour les volumes d’eau disponibles.

D’ autre part, les estimations de consommation indiquent des volumes d’eau extraites autour de 20 millions de m3/an à Santiago. Ceci est une valeur qui est proche des estimations les plus conservatrices et devrait être un indice clair car la ressource en eaux souterraines est menacée et nécessite une attention particulière, alors que la consommation tend à augmenter et la recharge parait diminuer.
Qualité de l'air ambiant dans la zone du projet

Au Cap-Vert, la pollution de l’air ne constitue pas encore un souci majeur. Néanmoins, la croissance exponentielle du parc automobile, ces dernières années, mérite une attention particulière, principalement dans l’île de Santiago. Au niveau du site du projet, le brûlage de combustibles fossiles constitue la principale source de pollution de l’air et de l’atmosphère. Ceux-ci comprennent les dérivés de pétrole et des huiles usagées. Par ailleurs on doit considérer dans cette pollution les formes naturelles de pollution de l’air: les aérosols (communément appelés ‘brume sèche ») qui proviennent du désert du Sahara. Cette forme de pollution provoquée par les poussières provenant du Sahara a tendance à s’intensifier, ces dernières années. Dans les années 80, ce phénomène n’apparaissait qu’en décembre et en janvier. Depuis la décennie 90, on assiste à une prolongation et à une aggravation graduelle de la brume sèche. Elle s’étend jusqu’à la mi-mars avec une forte incidence sur la santé publique et sur l’économie du pays en terme de trafics aéroportuaires. Il s’agit d’un problème environnemental naturel inhérent à la situation géographique du pays.

b.Environnement naturel


L’archipel du Cap Vert, tel que toutes les îles, a un nombre d’espèce moindre que celles qui existe dans le continent. Les modifications ont étés radicales durant les 500 dernières années de la couverture végétale indigène originale. Il reste à peine quelques morceaux dispersés. Santiago est considérée par quelques botanistes comme l’île la plus dégradée de l’archipel.
Flore et végétation

Les caractéristiques edafo-climatiques de la zone du projet sont peu propices au développement d’une végétation diversifiée. L’exposition des versants tournés vers la mer ne favorise pas le développement d’une végétation spontanée. Dans les zones les plus plates et pierreuses, où se fait sentir une forte action du vent, la fixation d’une végétation naturelle est limitée. Quelques unes des zones ont été dans le passé, objet de reboisement par le biais des services de la sylviculture. L’espèce Prosopis junior (Acacia américaine) ayant été introduite et l’espèce fourragère Atriplex sp sont les plus courants. Le développement de ces espèces est conditionné par les facteurs naturels comme l’explique la faible densité de ces peuplements. Sur les lignes d’eau, les découvertes possèdent une végétation plus abondante et diversifiée, où au-delà des graminées on pourrait retrouver l’Acacia albida (Espinheiro branco), Prosopis julifora (acácia americana), Calotropis procera (bombardier), Jathropa curcas ( purgueira) e ricino sp. (ricino).


Photo 3: Aperçu de la vegetation du site du projet

Faune terrestre

La faune terrestre est peu diversifiée, selon les conditions naturelles existantes, notamment le manque de végétation et le manque d’eau. Les oiseaux de petites tailles sont les plus nombreux, tels que le Passer iagoensis(moineau de la terre) et le Cotornix coturnix(Codorniz). Dans la zone de Palmarejo les corbeaux sont communs (Corvos rufficolis) et avistamse. Il y a aussi les oiseaux migrateurs qui passent au Cap Vert pendant l’hiver. En plus des oiseaux, les reptiles terrestres sont les plus nombreuses espèces de la faune. Les reptiles du genre des familles Scincidae(lézards) et Gekkonidae (osgas) sont communs.
Faune marine

En termes de faune côtière, les invertébrés marins de petite taille sont communs tels que les spongiaires, étoiles-de-mer, les oursins, les petits crustacés comme les crabes, et les petits mollusques bivalves. Dans la faune marine, se démarquent les mollusques (céphalopodes, gastropodes et bivalves) et les crustacés (crabes, bernacle, langoustes). La population de ces animaux est faible, en partie selon la faiblesse de productivité primaire, et en partie probablement due à la cueillette pratiquée. La zone de la cote qui fait face à la Centrale n’est pas traditionnellement utilisée par les pêcheurs, déjà que d’ une part l’accès n’est pas facile et d’autre part il n’ ya pas de populations proches vivant dans cette zone. Les tortues marines de l’espèce Carette caretta, sont une espèce en voie de disparition, qu’on retrouve sur les plages du Cap Vert et est le plus grand vivier de l’Atlantique ce qui fait d’elle aujourd’hui l’objet d’une attention particulière, dans un effort de continuation qui doit être pérennisé. Santiago n’est pas une ile choisie par les tortues pour la fraie, qui a lieu essentiellement sur les iles de Sal et de Boavista. Il n’ ya pas de problèmes en rapport à cette espèce en ce qui concerne la zone d’implantation du réservoir.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   43

similaire:

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final

Rapport final iconRapport final d’évaluation

Rapport final iconRapport final d’execution

Rapport final iconRapport final du projet a 4 (1996-1999)

Rapport final iconRapport final sur l’expérience acquise au niveau national

Rapport final iconRapport final oecd org/pdf/M00025000/M00025632. pdf Juillet 2001...
«Synthèse des questions liées à la façon dont les adultes apprennent pédagogie et motivations»

Rapport final iconFinal exam vocab 2








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com