Merleau-Ponty et la nature








télécharger 81.2 Kb.
titreMerleau-Ponty et la nature
page1/3
date de publication17.05.2017
taille81.2 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3
Renaud Barbaras
Merleau-Ponty et la nature.

Ce n'est que très tardivement que, chez Merleau-Ponty, le concept de nature en vient à faire l'objet d'une réflexion autonome. Jusqu'aux années 1956-57, Merleau-Ponty utilise cette notion de manière non critique et lui confère le sens philosophique courant. Ainsi, La structure du comportement s'ouvre par ces mots : "notre but est de comprendre les rapports de la conscience et de la nature - organique, psychologique ou même sociale. On entend ici par nature une multiplicité d'événements extérieurs les uns aux autres et liés par un rapport de causalité"1

 . C'est bien la conception classique de la nature, commune à Descartes et à Kant, que Merleau-Ponty retient ici même si, bien entendu, en interrogeant la possibilité du surgissement, au sein de cette nature, d'une conscience à qui elle apparaît, il est conduit à mettre en question cette acception naturaliste commune aux classiques. La découverte du corps propre, irréductible à la causalité naturelle comme à la conscience transcendantale, permettra précisément de penser une insertion de la concience dans la nature qui n'exclue pas l'apparition de cette nature à la conscience sous la forme d'un monde perçu. Il n'en reste pas moins que, tout au long de la Phénoménologie de la perception, demeure présent l'horizon d'une nature en soi, comme Tout des événements objectifs réglés par des lois. Ainsi, par exemple, au terme de sa longue et décisive analyse de l'espace, où il met en évidence la spécificité des espaces qu'il appelle anthropologiques, Merleau-Ponty conclut : "il faudra comprendre comment d'un seul mouvement l'existence projette autour d'elle des mondes qui me masquent l'objectivité, et l'assignent comme but à la téléologie de la conscience, en détachant ces 'mondes' sur le fond d'un unique monde naturel"2. Le monde perçu, corrélatif de l'existence corporelle, est très clairement inscrit au sein d'une nature, qui lui prescrit un horizon d'objectivité. La phénoménologie de la perception met au jour la spécificité descriptive de la couche perceptive mais ne va pas jusqu'à interroger le rapport de cette couche perceptive avec la réalité en soi : le sens d'être de la nature ne paraît pas devoir être mis en question par la découverte du monde perçu.

 C'est donc seulement à l'occasion d'un cours au Collège de France que la nature fait l'objet d'une interrogation spécifique. Or, si l'on se réfère au cours publié, on est frappé par l'absence de justification philosophique préalable au cours lui-même qui, pour la première année, porte sur les variations (historiques) du concept de nature. En revanche, si l'on se reporte au résumé rédigé au terme de l'année universitaire, on découvre que ce choix pour ainsi dire inactuel est motivé par la nécessité de sortir de l'impasse dans laquelle la philosophie contemporaine s'est engagée. Merleau-Ponty remarque en effet que l'abandon dans lequel est tombée la philosophie de la nature enveloppe une certaine conception de l'esprit, de l'histoire et de l'homme. C'est, écrit-il "la permission qu'on se donne de les faire paraître comme pure négativité. Inversement, en revenant à la philosophie de la Nature, on ne se détourne qu'en apparence de ces problèmes prépondérants, on cherche à en préparer une solution qui ne soit pas immatérialiste. Tout naturalisme mis à part, une ontologie qui passe sous silence la nature s'enferme dans l'incorporel et donne, pour cette raison même, une image fantastique de l'homme, de l'esprit et de l'histoire"3. Cette réflexion sur la nature apparaît donc comme motivée par la nécessité d'une sorte de rééquilibrage et, pour ainsi dire, de question en retour, dont nous verrons dans un instant l'enjeu. Or, les années suivantes, la justification philosophique préalable prend de plus en plus d'ampleur, non seulement dans les résumés mais dans les cours eux-mêmes. Ainsi, dans l'introduction au cours de la troisième année (1959-1960), dont il ne nous reste que des notes, on peut lire notamment : "La Nature comme feuillet ou couche de l'Etre total - L'ontologie de la Nature comme voie vers l'ontologie, -voie que l'on préfère ici parce que l'évolution du concept de nature est une propédeutique plus convaincante, montre plus clairement la nécessité de mutation ontologique"4. Le style philosophique a changé : l'interrogation sur la nature s'inscrit dans un projet explicitement ontologique et le caractère privilégié de l'approche par la nature tient à son histoire, comme si en elle se faisait jour une impasse théorique appelant un changement d'orientation.

Or, si l'on se reporte maintenant aux notes pour Le visible et l'invisible, l'on constate que l'orientation sur la question de la nature n'est pas circonscrite au cours, que, tout au contraire, elle vient peu à peu imprégner l'élaboration de l'ontologie. J'en veux pour preuve les plans pour Le visible et l'invisible que Merleau-Ponty nous a laissés, qui prévoient tous une partie consacrée à la nature et qui, surtout, manifestent une évolution quant à la place accordée à cette question. Dans les plus anciens (fin 59 début 60), la nature apparaît soit comme chapitre d'une première partie ayant pour titre Etre et monde, soit comme une seconde partie autonome succédant à une partie sur le monde. En tout cas, il apparaît clairement que la nature était conçue comme subordonnée à l'étude d'une dimension originaire que Merleau-Ponty nomme monde vertical ou être brut. Au contraire, dans les derniers plans (fin 1960), l'ouvrage est conçu comme structuré selon l'opposition de la Nature et du Logos (par exemple : I. Le visible et la nature II. L'invisible et le logos). Ainsi, l'étude même du monde vertical est référée à une réflexion sur la nature. On le voit, avec ce cours sur la nature que rien n'annonçait vraiment, quelque chose de décisif s'est produit. Tout d'abord, il est clair que ce cours est contemporain du tournant merleau-pontien qui le conduit vers l'ontologie et que l'élaboration même de la question ontologique n'est pas séparable de la réflexion sur la nature. Il nous faut donc tenter d'examiner de plus près ce passage à l'ontologie à travers la nature. D'autre part, et tel est l'horizon dernier d'une réflexion sur la nature, on peut se demander jusqu'à quel point l'élément dans lequel s'élabore l'ontologie ne vient pas en infléchir le sens dans une direction qui l'éloignerait de la phénoménologie. Autrement dit, s'il est incontestable que c'est à travers l'interrogation sur la nature que s'élabore l'ontologie de Merleau-Ponty, il est légitime de se demander dans quelle mesure cette ontologie ne prend pas la forme d'une philosophie de la nature, qu'il resterait à caractériser.
 
 

Il nous faut donc tenter montrer, dans un premier temps, que l'interrogation sur la nature correspond à un infléchissement de la pensée de Merleau-Ponty, qui s'inscrit dans son mouvement d'ensemble. La Phénoménologie de la perception a une ambition essentiellement critique et descriptive : il s'agit de dénoncer la conception intellectualiste de la perception (et sa complice, l'empirisme) pour mettre au jour le perçu comme tel, libéré des idéalisations qui s'y sont sédimentées. Or, le retour à l'immédiat n'est pas lui-même immédiat : il exige une réduction phénoménologique qui, chez Merleau-Ponty, prend un sens singulier. En effet, en procédant de manière directe, selon ce que Husserl lui-même appelle la voie cartésienne, on court le risque d'identifier le cogito perceptif au cogito réflexif, de rabattre le monde perçu sur un univers déjà objectivé. Tel est ce qui justifie le détour par la physiologie et la psychologie de la forme. Il s'agit en effet de montrer que la science est conduite par ses propres conclusions à réformer son ontologie spontanée dans la mesure où elle découvre, sous le nom de comportement, un mode d'exister qui ne s'inscrit pas dans le monde objectif sans pour autant se confondre avec le cogito. Ainsi, la réduction merleau-pontienne, sous sa forme originaire, est comprise comme réduction au sujet incarné, par le biais de la psychologie et de la physiologie gestaltistes, et le monde perçu est alors atteint comme monde, non plus constitué par, mais corrélatif de ou habité par ce sujet incarné. La Phénoménologie de la perception consiste donc, pour l'essentiel, en un travail archéologique d'exhumation d'une couche perceptive enfouie sous les strates de l'activité objectivante.

Cependant, au niveau de la Phénoménologie de la perception, la signification et la portée exactes de cette description du perçu ne sont pas clairement thématisées. En particulier, comme nous l'avons déjà aperçu, le statut véritable du corps propre et le sens d'être du monde perçu corrélatif ne sont pas nettement établis : la spécificité de la vie perceptive a-t-elle une signification transcendantale ou seulement psychologique? Le monde perçu définit-il la nature ou s'inscrit-il dans une nature en soi accessible à l'entendement? Ce qui est ici en jeu, ce n'est rien moins que la question de la connaissance ; comme l'écrit Merleau-Ponty dans son texte de candidature au Collège de France : "si maintenant nous considérons au-dessus du perçu, le champ de la connaissance proprement dite, où l'esprit veut posséder le vrai, définir lui-même des objets et accéder ainsi à un savoir universel et délié des particularités de notre situation, l'ordre du perçu ne fait-il pas figure de simple apparence et l'entendement pur n'est-il pas une nouvelle source de connaissance en regard de laquelle notre familiarité perceptive avec le monde n'est qu'une ébauche informe"5

 . Cette question oriente la recherche de Merleau-Ponty pour les 10 années qui suivent la Phénoménologie de la perception : il s'agit d'élaborer une théorie de la vérité à partir des acquis de cet ouvrage. Cela revient à montrer que le mode d'être de l'objet perçu - non pas unité de sens positive mais unité d'un style qui transparaît en filigrane dans des aspects sensibles - a une signification universelle, que la description du monde perçu peut donc donner lieu à une philosophie de la perception mettant en évidence, au coeur de tout ce qui peut être pour nous, un même mode d'être. C'est pourquoi la théorie de la vérité se constitue comme théorie de l'expression. Il n'y a pas d'entendement pur s'appropriant le vrai sans médiation : tout comme le sens perceptif ne transparaît que dans un matériau sensible, le sens d'idéalité se donne en filigrane dans un tissu linguistique, il est essentiellement solidaire d'un acte de parole. Les années qui suivent la publication de la Phénoménologie de la perception sont donc consacrées à l'élaboration d'une théorie de l'expression. Cette théorie comporte deux versants. D'un côté, elle consiste en une recherche sur l'expression proprement dite à la lumière de la linguistique et de la création littéraire et picturale. Elle débouche sur une théorie générale de l'intersubjectivité qui ne concerne "plus seulement l'échange des pensées mais celui des valeurs de toute espèce, la coexistence des hommes dans une culture et, au-delà de ses limites, dans une seule histoire"6 : la théorie de l'expression se fait philosophie de l'histoire. L'articulation de ces deux versants s'opère autour du concept d'institution. En effet, l'expression linguistique permet de comprendre, plus clairement que ne le faisait la perception, que la latence du sens préobjectif a une signification temporelle : elle correspond à l'ensemble ouvert de ses reprises possibles. L'unité du sens n'est autre que l'axe ou le principe d'équivalence selon lequel ses expressions s'effectuent. Le sens est institué plutôt que constitué et, en tant que tel, il institue lui-même un avenir. Comme l'écrit Merleau-Ponty, il faut entendre par institution "ces événements d'une expérience qui la dotent de dimensions durables, par rapport auxquelles toute une série d'autres expériences auront sens, formeront une suite pensable ou une histoire, - ou encore les événements qui déposent en moi un sens, non pas au titre de survivance ou de résidu, mais comme appel à une suite, exigence d'un avenir"7. On voit donc comment, en comprenant l'expression comme institution, Merleau-Ponty trouve en même temps des éléments pour une théorie de l'histoire. Ce mouvement de généralisation de la théorie de l'expression à partir de l'institution se lit dans l'ordre des cours au Collège de France des 4 premières années : aux recherches sur la parole et l'expression succède un cours sur l'institution qui conduit à une réflexion sur l'histoire et la dialectique.

C'est dans ce contexte que se comprend l'émergence d'une interrogation sur la nature. En effet, si les insuffisances de la phénoménologie de la perception suscitaient une réflexion centrée sur le problème de l'idéalité et donc de l'expression, en retour, cette réflexion infléchit l'approche du perçu. La question ultime, qui est à l'horizon du Visible et l'invisible, est celle du mode d'unité entre l'expression et la perception, la vérité et l'expérience ; la réponse à cette question exige de revenir au perçu à partir des acquis de l'étude de l'expression. Comme le dit Merleau-Ponty dans un résumé de Cours déjà cité, si l'on veut échapper à une vision immatérialiste, c'est-à-dire fantastique de l'homme et de l'histoire, il faut interroger le sol originaire de l'expression. Or, c'est précisément parce qu'il est appréhendé à la lumière d'une théorie de l'institution que ce sol est déterminé comme nature. Le perçu n'est plus compris comme l'immédiat par différence avec le dérivé ou comme le sensible par opposition avec l'intelligible, comme il l'était dans le contexte d'une recherche qui commençait par la perception : il est désormais conçu comme le naturel par opposition à l'institué. C'est donc bien l'extension et la confrontation à l'ordre du logos qui infléchit la phénoménologie de la perception dans le sens d'une réflexion sur la nature. Au lieu d'aborder la nature à partir de la perception, comme ce que celle-ci vise ultimement, Merleau-Ponty aborde la perception à partir de la nature, comprise comme ce qui n'est pas institué. Le perçu prend donc place dans un nouveau système d'oppositions qui va permettre d'en approfondir singulièrement le sens. Dans la Phénoménologie de la perception, l'étude du sens d'être du perçu était suspendue à celle de la perception, elle-même référée au corps propre. Par là-même, elle avait une portée essentiellement négative qui obérait la possibilité d'une interrogation ontologique. En effet, en saisissant le sujet de la perception au niveau de l'existence corporelle, Merleau-Ponty montrait que la perception ne pouvait consister en l'appréhension intellectuelle d'un sens transparent, comme chez Descartes, que le sens perceptif était toujours incarné, bref que la perception manifestait l'unité originaire du fait et du sens. Cependant, dès lors qu'il prenait pour angle d'approche le sujet perceptif, Merleau-Ponty était condamné à aborder la perception à travers les catégories mêmes dont elle est une contestation en acte : il pouvait en quelque sorte réduire l'écart entre le fait et le sens pour mettre en évidence leur unité, mais cette unité demeurait unité du fait et du sens. C'est pourquoi la question ontologique du sens d'être du perçu ne pouvait être posée : le perçu était saisi d'emblée dans la perspective de la conscience et son sens d'être s'épuisait donc dans celui de corrélat de la conscience incarnée qui y initie. Dans la Phénoménologie de la perception, Merleau-Ponty désintellectualise, pour ainsi dire, la perception en mettant en évidence l'adhérence du sens au fait : il ne peut saisir le perçu comme un être spécifique. Au contraire, abordé depuis la question de la vérité, c'est-à-dire dans l'horizon de l'institution, le perçu ne renvoie plus à la perception mais à un type d'être spécifique, l'être naturel, où disparaît la scission ruineuse du sujet et de l'objet. Il est temps en effet d'ajouter que, en vertu du contexte que nous avons tenté de clarifier, le concept de nature est un titre générique pour une recherche qui porte sur un certain type d'être, à savoir ce qui n'est pas institué : à travers la nature, c'est le sens d'être de l'être naturel, nouveau nom du perçu, qui est en question. Le naturel ne vient pas qualifier ce qui appartient à la Nature ; celle-ci apparaît plutôt comme l'objectivation, au moins linguistique, d'un être naturel conçu comme un sens d'être spécifique. Merleau-Ponty l'explicite dans l'introduction au cours de la troisième année : l'approfondissement de la Nature n'est, dit-il, "ni simple réflexion sur les règles immanentes de la science de la nature, - ni recours à la Nature comme à un être séparé et explicatif -mais explicitation de ce que veut dire être-naturel ou être-naturellement"
  1   2   3

similaire:

Merleau-Ponty et la nature iconQu’est-ce qu’un héritage intellectuel ? A propos du corps et de la...

Merleau-Ponty et la nature icon02. 06. 2015 : Le Griffon : Développer sa nature supérieure (aigle)...
«le moteur de la cellule musculaire et leur augmentation étant au cœur des bienfaits des exercices d'endurance», a expliqué Mark...

Merleau-Ponty et la nature icon«Au Fil du Soi» Association
«au choix» autour de l’énergétique chinoise, les éléments de la nature…et la nature des éléments, sens et ressentis et encore marche,...

Merleau-Ponty et la nature iconLa notion de "nature" en philosophie et en christianisme Retour à l'Évangile
«De la nature des choses» comme on traduit habituellement, mais c'est «De la naissance des choses», c'est une cosmogonie

Merleau-Ponty et la nature iconLes formes substantielles chez Malebranche et Leibniz
«devenir comme maître et possesseur de la nature» -, on parle de l’appropriation, de la tutelle jetée sur la nature qui fait le drame...

Merleau-Ponty et la nature iconLes règles de la méthode sociologique
«sciences humaines», distincte des «sciences de la nature» : conformément au projet d’Auguste Comte, c’est bien la méthode des sciences...

Merleau-Ponty et la nature iconLes règles de la méthode sociologique
«sciences humaines», distincte des «sciences de la nature» : conformément au projet d’Auguste Comte, c’est bien la méthode des sciences...

Merleau-Ponty et la nature iconRésumé Le rôle et la nature des publications qui recueillent l’actualité...
«littérature grise» (rapports, textes non publiés). La «littérature» la plus récente constitue l’actualité scientifique qui ne peut...

Merleau-Ponty et la nature iconRecherche Nature du travail

Merleau-Ponty et la nature iconRecherche Nature du travail








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com