Résumé 2ème partie








télécharger 95.05 Kb.
titreRésumé 2ème partie
page1/3
date de publication03.02.2018
taille95.05 Kb.
typeRésumé
b.21-bal.com > documents > Résumé
  1   2   3
UE5 Immunologie

Prs De Kerviler, Brière, Arnulf

Le 25/09/2012, de 8h30 à 10h30

Ronéotypeuse : Pauline Sevrain

Ronéolectrice : Karine Saillant

UE5 Immunologie Cours N°1 : Structure, organisation et fonction du système hématopoïétique

Sommaire
1ère Partie : Anatomie et Histologie des Organes Hématopoïétiques


  1. Généralités

  2. Les organes lymphoïdes centraux

  1. La moelle osseuse

  2. Le thymus

  1. Les organes lymphoïdes périphériques

  1. Le réseau lymphatique

  2. Les ganglions lymphatiques

  3. Deux exemples de pathologies : l’adénite et le cancer du sein

  4. La rate

  5. Les tissus lymphoïdes associés aux muqueuses (MALT)

  6. Résumé


2ème partie : la morphologie et l’histologie des organes lymphoïdes


  1. Les organes lymphoïdes primaires

  1. La moelle osseuse

  2. Le thymus

  1. Les organes lymphoïdes secondaires

  1. Les ganglions lymphatiques

  2. La rate


3ème partie : Organisation fonctionnelle des systèmes hématopoïétique et immunitaire

  1. Les éléments du sang

  2. L’hématopoïèse

  1. Origine des éléments du sang

  2. Facteurs de croissance hématopoïétiques

  3. Exploration

  4. Hématopoïèse pathologique

  5. Application thérapeutique des cellules souches hématopoïétiques

  6. Conclusion

  1. Système et réponse immunitaires

  1. Les acteurs du système immunitaire

  2. Réponse immunitaire

  3. Réponse immunitaire pathologique

  4. Applications du système immunitaire : immunothérapies

1ère Partie : Anatomie et Histologie des Organes Hématopoïétiques


  1. Généralités


On peut séparer les organes lymphoïdes en 2 catégories. Les organes lymphoïdes primaires (centraux) permettent la prolifération et la différenciation des cellules lymphoïdes. On distingue la moelle osseuse assurant la production des lymphocytes B (Bone Marrow), et le Thymus qui procède à la maturation de certains lymphocytes en lymphocytes T (Thymus).

Les organes lymphoïdes secondaires (périphériques) : ce sont les endroits où vont les lymphocytes fonctionnels, arrivant à maturation (ganglions, rate, plaques de Peyer’s, nodules lymphoïdes du tractus digestif …). Ces lymphocytes se mettent au niveau des « portes d’entrées » des agents pathogènes, formant une première barrière de défense.


  1. Les organes lymphoïdes centraux




  1. La moelle osseuse


Il y a 2 catégories : la moelle rouge, et la moelle jaune.

On retrouve la moelle rouge (hématopoïétique) au niveau du squelette axial : rachis, bassin, sternum, voûte du crâne et des épiphyses des os longs. Elle assure la production des éléments sanguins. Chez l’enfant, en plein développement, la moelle rouge occupe la totalité du squelette, c’est-à-dire à la fois le squelette axial et le squelette périphérique. Une fois que le système immunitaire s’est développé chez l’adulte, il n’y a plus besoin d’une activité hématopoïétique aussi importante.

Si on découpe par exemple un fragment de crête illiaque, on retrouve une moelle osseuse extrêmement riche en éléments précurseurs dont elle est l’usine de fabrication (globule blanc (leucocyte), globule rouge (hématie), plaquettes).

En pratique il est très utile d’explorer la moelle osseuse hématopoïétique, notamment lors de leucémies, lymphomes, pathologies entraînant une insuffisance de production de globules rouges, blancs, plaquettes. On cherche à voir directement ce qui se passe au niveau de l’usine de production. Il existe 2 examens importants : Le myélogramme et la biopsie ostéo médullaire consistant à prélever de la moelle aux endroits les plus accessibles, et les moins risqués. Par exemple, au niveau du sternum, très accessible, sous anesthésie locale et aussi au niveau de la crête iliaque.

La moelle jaune est un sous-produit d’une moelle graisseuse. Elle est jaune car ne contenant aucun élément hématopoïétique. Elle n’assure pas d’activité hématopoïétique chez l’adulte, mais elle peut chez l’enfant. Elle se situe dans la diaphyse des os longs.


  1. Le thymus


Il ne joue aucun rôle dans la production des lymphocytes, simplement dans la maturation des lymphocytes T.

A la naissance le thymus est volumineux (taille équivalente à un poumon !), il augmente dans les premiers mois, puis diminue à partir de 3-4 ans. Sur une radiothorax d’enfant, on peut observer une grosse masse, non pathologique, correspondant au thymus. Chez l’adulte, une fois le système immunitaire mis en place, le thymus régresse jusqu’à donner un reliquat dans le médiastin antérieur.

(Analogie culinaire : le ris de veau = thymus du veau. Celui du bœuf est moins utilisé car il est adulte et donc possède un thymus petit)


  1. Les organes lymphoïdes périphériques.




  1. Le réseau lymphatique




  • Il y a 2 parties semi indépendantes.

  • Le réseau de vaisseaux lymphatiques, qui assure le transport de la lymphe. C’est l’équivalent du liquide interstitiel une fois pénétré dans les vaisseaux lymphatiques. Ce réseau ramène le liquide interstitiel et les protéines vers le sang. Il est anatomiquement proche d’une veine, avec son système de valvules assurant la circulation de la lymphe dans un seul sens.

  • Du tissu et des organes lymphoïdes répartis dans l’organisme : les ganglions, la rate, MALT (Mucosa-Associated Lymphoid Tissue), un tissu lymphoïde associé aux muqueuses situé au niveau de l’Anneau de Waldeyer, des Plaques de Peyer, des glandes salivaires, des glandes lacrymales, bronchiques…

  • Répartition et anastomose entre le système lymphatique et la circulation systémique : Il y a une communication aux extrémités seulement des systèmes, avec un enchevêtrement de capillaires au niveau des tissus d’un côté et du confluent veineux jugulo-cutané de l’autre. Par exemple, le plus gros canal lymphatique de l’organisme est le canal thoracique, qui s’anastomose au niveau de la veine sous-clavière gauche, le plus souvent, sinon du côté droit.




  1. Le ganglion lymphatique


Il ressemble à un petit rein, sauf que le rein possède un vaisseau efférent et un vaisseau afférent. Or, dans le ganglion lymphatique, sorte de collecteur, on a de multiples vaisseaux afférents et, en général, un seul vaisseau efférent. Il a une fonction d’épuration. Il y a plusieurs chaînes ganglionnaires, de façon à rejoindre la circulation systémique.


  1. Deux exemples de pathologies : l’adénite et le cancer du sein




  • L’adénite : En cas de mauvais état bucco-dentaire, la muqueuse buccale peut acheminer un agent pathogène infectieux aux vaisseaux lymphatiques. Un premier relais ganglionnaire est atteint et s’infecte.

  • Le cancer du sein : les cellules d’une tumeur sont disséminées par les vaisseaux lymphatiques jusqu’au premier relais ganglionnaire (qui est extrêmement important) : le ganglion sentinelle. Il y a quelques années, pour traiter ces patientes on retirait tout le sein ainsi que tous les ganglions. Aujourd’hui, on a un traitement plus conservateur : on injecte du bleu de méthylène ou une substance radioactive dans la tumeur. Le trajet suivi par la substance est le même que celui emprunté par les cellules cancéreuses jusqu’au ganglion, qui se colore. On enlève donc la tumeur en fonction de sa taille, puis on prend un ganglion-sentinelle (coloré en bleu), on le retire et on l’envoie au laboratoire. S’il n’est pas infecté on n’enlève pas d’autres ganglions, car c’est le tout premier relais du système.

Donc le système lymphatique participe aussi bien à l’élimination des bactéries qu’à celles des tumeurs.


  1. La rate


C’est un organe peu volumineux (situé dans l'hypochondre gauche) mais très important. Elle contient en permanence 500mL de sang et assure le filtrage du sang systémique. La rate de taille normale n’est pas palpable ; elle l’est lorsqu’elle augmente de volume (ex : splénomégalie). Elle peut être enlevée lorsqu’elle est trop volumineuse et qu’elle augmente sa fonction de destruction des éléments sanguins.

Il y a 2 composantes : la pulpe rouge et la pulpe blanche.


  1. Les tissus lymphoïdes associés aux muqueuses (MALT)


Les muqueuses étant les principaux points d’entrée des agents pathogènes, il est utile d’avoir une première barrière à ce niveau. C’est le rôle des MALT, ceux-ci sont situés au niveau de :

  • Les amygdales : il existe plusieurs paires d’amygdales au niveau du pharynx, formant l’anneau de Waldeyer. On distingue 3 groupes : palatine (au niveau de la cavité buccale), linguale (base de la langue) et pharyngée (nasopharynx= appelées végétations adénoïdes).

  • Les plaques de Peyer : sous forme d’un tissu lymphoïde à la surface de l’iléon terminal

  • Les glandes lacrymales : elles assurent la protection de la cornée

  • Les glandes salivaires : on distingue les glandes sublinguales, maxillaires et parotides

  • La muqueuse bronchique (BALT)

  • La muqueuse digestive : elle nous protège des bactéries contenues dans le fromage, par exemple.




  1. Résumé




  • Les ganglions filtrent la lymphe.

  • La rate filtre le sang systémique.

  • Le MALT forme la première ligne de défense.

  • Les vaisseaux lymphatiques connectent ces tissus entre eux pour permettre un transport.


On peut assimiler ce système au système de propreté de la ville de Paris…

2ème partie : la morphologie et l’histologie des organes lymphoïdes
On distingue les organes lymphoïdes primaires (moelle osseuse et thymus), et les organes lymphoïdes secondaires (ganglions, rate, tissu lymphoïde annexé aux muqueuses)


  1. Les organes lymphoïdes primaires




  1. La moelle osseuse


C’est là que naissent tous les lymphocytes ; certains migrent ensuite vers le thymus et d’autres vont aller directement coloniser le ganglion.


  1. Le thymus


C’est là que migrent certains lymphocytes. On les appelle donc les lymphocytes T.

Le thymus est situé dans le médiastin antéro supérieur. C’est un organe involutif : chez le nourrisson et l’enfant il est énorme puis il va s’atrophier au fur et à mesure que l’individu vieillit. Il est donc petit chez l’adulte (30-15g). C’est un organe lobulé et binaire car il a 2 zones : le cortex et la médullaire. On peut distinguer 2 lobes et des cornes.

C’est un organe lymphoïde T : les lymphocytes T sont majoritaires et sont appelés thymocytes. Il a un aspect particulier car il contient non seulement des cellules lymphoïdes mais également des cellules épithéliales : il est donc lympho-épithélial.

Le thymus se constitue du cortex en périphérie et de la médulla au centre. Le cortex est une zone très dense en cellules (macrophages à corps tingibles), donc très foncée en observation.

On trouve essentiellement des cellules lymphoïdes T de type immature. Ces cellules ont un marqueur commun, le CD3, de même que les cellules lymphoïdes B ont le marqueur CD20 commun. Elles subissent une maturation dans le thymus et passeront ensuite du cortex à la médullaire (de façon très schématique). Ces lymphocytes T immatures expriment le marqueur CD1a (ainsi que le marqueur CD99) et sont porteurs d’une enzyme particulière, la Tdt (termino désoxy transférase), qui est un signe de leur caractère immature. Ces cellules sont de taille moyenne et leur activité mitotique est importante.

On trouve également dans le cortex quelques cellules épithéliales ainsi que d’autres cellules (macrophages par exemple) en minorité. Elles ont un noyau ovoïde arrondi, de la chromatine claire et un nucléole central bien visible (description précise pas à connaître). On reconnaît ces cellules épithéliales grâce à un anticorps, un anti kératine.

La médullaire ou médulla est plus claire ; elle est majoritairement composée de structures épithéliales : les corpuscules de Hassal sont des agglomérats de cellules épithéliales. Elles sont éosinophiles (c’est-à-dire roses), fusiformes, avec un cytoplasme étroit et un noyau ovoïde et fusiforme à chromatine hétérogène. Il peut ne pas y avoir de nucléole.

On trouve des lymphocytes T matures et différenciés : ils n’expriment alors plus CD1a ni l’enzyme Tdt, mais ils expriment CD4 ou CD8. Ils sont petits et expriment plus fortement les marqueurs des lymphocytes T CD3 et CD5 par rapports à ceux du cortex.

Il y a également d’autres cellules : des macrophages, des cellules de Langerhans, des éosinophiles, des mastocytes, des plasmocytes, des cellules myoïdes. Mais surtout, des lymphocytes B, ce qui est très important pour la description morphologique et pour la pathologie : il y a des lymphomes particuliers qui se développent dans le thymus à partir de ces rares lymphocytes B.


  1. Les organes lymphoïdes secondaires


Les ganglions et la rate sont plus importants fonctionnellement et numériquement.


  1. Le ganglion lymphatique


C’est un organe lymphoïde périphérique traversé par un système vasculaire essentiellement lymphatique. On retrouve également 2 zones avec les lymphocytes T et B. Ces cellules vont se modifier morphologiquement en fonction de leur contact avec l’antigène. La cellule dendritique située dans le follicule lymphoïde est présentatrice de cet antigène et entraîne une série de réactions dans ces follicules.

Les ganglions sont présents de façon physiologique mais il existe des pathologies inflammatoires ou tumorales qui se caractérisent par leur hypertrophie. On peut par exemple avoir une adénopathie du ganglion cervical.

Le ganglion a un hile qui est le site d’entrée et de sortie des vaisseaux lymphatiques et qui traverse essentiellement le sinus. La lymphe circule à travers les sinus. Il y a 2 zones anatomiques principales qui correspondent à 2 zones fonctionnelles :

  • Le cortex : il contient des follicules lymphoïdes et un tissu interfolliculaire.

  • La médullaire : c’est la région périhilaire qui contient les sinus, elle draine les éléments lymphatiques.


Fonctionnellement, il y a 2 compartiments : les follicules lymphoïdes B et la zone T.

  • Le compartiment cellulaire B :
  1   2   3

similaire:

Résumé 2ème partie icon2ème partie exercice 2 Résoudre un problème scientifique (Enseignement de spécialité). 5 points

Résumé 2ème partie iconRésumé : L’évolution des sciences de gestion est en partie assurée...

Résumé 2ème partie iconRésumé du projet
«zéro» pour la partie d’épreuve orale : «interrogation portant sur la compétence «Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique...

Résumé 2ème partie iconRésumé : Une partie du malaise qu'éprouvent les élèves français est...
«Je» me découvre, Filles/garçons : quelle mixité ?, Le Goût les saveurs, Basil et Poil-Fraise (hygiène dentaire)

Résumé 2ème partie icon2ème Congrès

Résumé 2ème partie icon2ème année Biologie

Résumé 2ème partie iconTp biologie moleculaire : 2eme année

Résumé 2ème partie icon2ème année pharmacie botamed

Résumé 2ème partie iconLe programme académique de formation 2007-2008
«De l’air qui nous entoure à la molécule» et 9 semaines pour la partie c «La lumière : couleur et images»; la durée de la partie...

Résumé 2ème partie iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com