Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité








télécharger 41.06 Kb.
titreImmunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité
date de publication02.02.2018
taille41.06 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > documents > Documentos
Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité.

Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d’une maladie après avoir été infecté par un agent étranger (bactéries, champignons, virus, parasites).

Une maladie qui touche le système immunitaire :
le SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise)

introduction :
Activité 1 : les chiffres du SIDA

Activité 2 : le SIDA en France en 2003




Activité 3 : Généralités sur le SIDA et le VIH



Problématiques
Comment le VIH infecte-il l’organisme ? Quelles sont les caractéristiques du VIH ? Comment le VIH se multiplie-t-il dans l’organisme ? Comment le VIH entraîne-t-il une déficience immunitaire ?




Evolution du nombre de LT4 et de la charge virale dans l’organisme d’un individu infecté par le VIH

  1. Le VIH et la primo-infection





  1. La transmission du VIH (virus d’immunodéficience humaine)


Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) est transmis par :

  • voie sexuelle,

  • voie sanguine,

  • de la mère à l’enfant au cours de la grossesse, de l’accouchement ou de l’allaitement.

  1. Le VIH : un virus à ARN



Activité 4 : Structure du virus VIH


Voir document 1 page 364.
Bilan de l’activité 4

Le VIH est un virus à ARN.

L

e VIH est un rétrovirus (=virus dont le matériel génétique est de l’ARN qui est transcrit en ADN par une enzyme particulière : la transcriptase inverse).

Le virus du SIDA, un virus à ARN


  1. Les cellules cibles du VIH = principalement des cellules immunitaires (mais pas seulement).




  • lymphocytes T4 : cellule cible principale du virus du HIV(leucocyte ou globule blanc),

  • monocyte (= leucocyte), circulant dans le sang, ils peuvent se transformer en macrophage,

  • macrophage (= leucocyte), issu de la transformation d’un monocyte et réalisant la phagocytose, particulièrement nombreux dans les organes lymphoïdes.


Les monocytes et macrophages jouant un rôle de véritable réservoir, notamment dans les ganglions lymphatiques.


  1. Le VIH reconnaît les cellules qu’il va infecter

Activité 5 : Reconnaissance entre le VIH et les LT4


Voir document 2 page 365.
Bilan de l’activité 5

Le VIH possède une protéine sur enveloppe : la protéine GP120 (glycoprotéine de poids moléculaire de 120 kD).

Ces cellules-cibles VIH possèdent des protéines membranaires, auxquelles la GP120 virale peut s’accrocher, permettant ainsi l’entrée du VIH dans la cellule. Dans le cas du lymphocyte LT4, celui-ci possède un récepteur membranaire, appelé CD4, qui est reconnu par la GP120 du VIH.




Reconnaissance entre le lymphocyte LT4 et le VIH


  1. Intégration de l’ADN viral dans l’ADN de la cellule-hôte

Activité 6 : Le cycle de reproduction du VIH dans sa cellule-hôte


Voir documents 1 et 2 pages 366 et 367.
Bilan de l’activité 6

Une fois la cellule infectée par le VIH, une enzyme virale, la transcriptase inverse, transcrit l’ARN viral en ADN. Puis, cet ADN mono-brin est répliqué en ADN double-brin. Cet ADN double-brin s’intègre alors dans l’ADN de la cellule infectée. On dit que le virus est sous forme d’un provirus dans la cellule infectée.  L’ADN proviral intégré dans le génome de la cellule-hôte peut ne pas s’exprimer pendant de nombreuses années. Il peut également s’exprimer, permettant la reproduction du virus sous forme de particules virales infectieuses, qui sont alors disséminées dans l’organisme.





Le cycle de reproduction du VIH dans sa cellule-hôte

Pendant la période de primo-infection, les symptômes se limitent le plus souvent à ceux d’une maladie virale bénigne (légère fièvre, …)

  1. La phase asymptomatique





  1. La séropositivité pour le VIH

Activité 7 : La séropositivité pour le VIH


Voir document 3 page 369.

Bilan de l’activité 7

Un individu est dit “séropositif pour le VIH” lorsque des anticorps anti-VIH sont déctectés dans son sang.

Le système immunitaire produit des anticorps dirigés contre le VIH entre deux semaines à quelques mois après la contamination par le VIH.

Ainsi peu de temps après sa contamination par le VIH, un individu peut être infecté par le VIH sans que des anticorps anti-VIH sont détectables. L’espace de temps compris entre l’infection par le VIH et la détection des anticorps anti-VIH est appelée fenêtre sérologique.

notion de fenêtre sérologique






  1. Détection du virus de SIDA 


méthode indirecte : détection des anticorps anti-VIH par test ELISA (voir livre p 368 – 369).

test ELISA (Enzyme Linked Immuno Sorbent Assay) : test immunologique permettant de détecter des anticorps.

Activité 8 : Le test ELISA


Voir documents 1 et 2 pages 368 et 369.



Ajout du sérum du patient à tester






Lavage puis détection des anticorps fixés






Principe du test ELISA




méthode directe : détection des protéines virales par électrophorèse des protéines virales.)

Activité 9 : La détection des protéines virales par électrophorèse


Voir documents 1 et 2 pages 370et 371


  1. Le VIH et système immunitaire


Apparition en même temps dans le sang du sujet contaminé des lymphocytes T cytotoxiques (LT8) spécifiques dirigés contre les cellules infectées par le VIH.
Pendant cette période asymptomatique de plusieurs années, les défenses immunitaires restent actives mais les virus se multiplient et le nombre de lymphocytes T4 diminuent.

        1. Le SIDA : phase symptomatique





  1. Déclaration de la maladie SIDA


Le patient, auparavant séropositif pour le VIH, est dit atteint du SIDA lorsqu’il a déclaré une maladie opportuniste.

En effet, en absence de traitement, le nombre de VIH a augmenté ce qui entraîne une diminution importante des LT4. Le système immunitaire est affaibli et ne peut lutter efficacement contre des infections courantes.
Le SIDA se caractérise alors par diverses maladies opportunistes.
maladie opportuniste = maladie infectieuse ou non dont l’agent causal est en principe éliminé par le système immunitaire, mais qui se développe quant l’individu atteint présente une immuno-déficience.

Ex : pneumonies, tuberculose, sarcome de Kaposi (= cancer du tissu conjonctif, méningites)


  1. Les traitements du SIDA


Traitements

1er antiviral VIH : AZT Azidothymidine = analogue de la thymine.

En présence d’AZT, la synthèse de l’ADN à partir de l’ARN viral par la transcriptase inverse est bloquée.
trithérapies : traitement du SIDA qui consiste à 2 molécules inhibitrices de la transcriptase inverse (dont l’AZT par ex)+ inhibiteur de la protéase virale (enzyme capable de couper des chaînes peptidiques).

Conclusion 

Le système immunitaire est affaibli par le VIH car le virus s’attaque aux LT4.

Quels sont les rôles des LT4 ?

Quel est le fonctionnement normal du système immunitaire ?
= structure plus ou moins globuleuse, présente le long des vaisseaux lymphatiques
organes lymphoïdes périphériques = ganglion lymphoide =

ganglion lymphatique + rate + amygdales

(lieu d’activation des LB et LT).





similaire:

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconOptions des des (+ note sur «droit au titre») – Projets de fst
«spécialité» de ce des : biologie générale – médecine moléculaire, génétique et pharmacologie – hématologie et immunologie – agents...

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconLa morphologie, étymologiquement est la branche de la linguistique...

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconLa Grèce antique : médecine sacerdotale et médecine hippocratique
«Le Très-Haut a fait sortir de terre tout ce qui guérit et l’homme sage ne dédaignera pas ce secours»

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconEtude des Déficits en Complément Révélés à l’âge Adulte par une Infection
«complétait» l’action des anticorps, le complément fait partie de l’immunité non spécifique et comporte environ 30 protéines

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconLe programme académique de formation 2007-2008
«De l’air qui nous entoure à la molécule» et 9 semaines pour la partie c «La lumière : couleur et images»; la durée de la partie...

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconLa physiologie du systeme respiratoire (I) Données morphofonctionnelles...
«vicié» (expiration). C'est ce que l'on appelle la «respiration» dans le vocabulaire courant, mais en médecine et en biologie, le...

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconRecherche en biologie, santé, médecine

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconP roposition de stage de M2
«vie et santé» de l’université Louis Pasteur intitulé : «Biologie cellulaire intégrée : parcours immunologie». Ce master peut être...

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconBiologie – zoologie – medecine – genetique evolution

Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l’immunité iconBac 1 medecine : Simulation de l’examen de biologie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com