Cours : Expression de l’information génétique








télécharger 22.27 Kb.
titreCours : Expression de l’information génétique
date de publication19.01.2018
taille22.27 Kb.
typeCours
b.21-bal.com > documents > Cours
Plan du cours : Expression de l’information génétique
à faire après le TD n°1
Comment l’existence de gènes de l’ADN conduit-elle à l’existence de caractères de l’individu ?

Les caractères constituant le phénotype d’un individu (= ensemble des caractères observables d’un individu) sont très généralement liés à la présence de protéines.

Les protéines, constituants essentiels des êtres vivants, sont des macromolécules d’une infinie variété, caractérisées par leur séquence d’acides aminés.

La séquence des acides aminés d’une protéine est codée génétiquement : la fabrication (synthèse) d’une protéine est le résultat de l’expression d’un gène (« ce gène s’exprime »).
Définition : L’expression génétique est la fabrication par la cellule d’une protéine donnée, en suivant l’information génétique portée par un gène de l’ADN.

Définition : un gène est un fragment d’ADN, se trouvant à un endroit précis sur un chromosome précis, caractérisé par la séquence ordonnée de ses nucléotides, portant l’information génétique codant pour la synthèse d’une protéine déterminée.



I. Description chronologique
1) Transcription de l’ADN en ARN-messager : voir TD n°1.
 Définition : la transcription de l’ADNest la fabrication, dans le noyau, d’une molécule d’ARN-messager, dont les nucléotides (A, U,C,G), sont complémentaires de ceux du brin transcrit de l’ADN.
Remarque : c’est « l’étape nucléaire » de la synthèse d’une protéine. Elle dépense de l’énergie, nécessite des « matières premières » : nucléotides (apportés par le sang, provenant de la digestion des noyaux des cellules des aliments), nécessite l’intervention d’une enzyme : L’ARN polymérase.
- Caractéristiques d’une molécule d’ARN : monocaténaire, Ribose, Uracile au lieu de Thymine.

(mêmes caractéristiques pour d’autres ARN, par exemple l’ARN viral : VIH).
- Exemple : fraction d’ADN : …TACAAGGACACC … brin transcrit

… ATGTTCCTGTGG … brin non transcrit
écrire la fraction d’ARN-messager correspondant
2) Traduction de l’ARN-messager en chaîne peptidique : voir TD n°1
a) Définition : C’est la fabrication, dans les ribosomes, d’une protéine , en associant des acides aminés précis par des liaisons peptidiques : chaque acide aminé correspond à un codon de l’ARN-messager. (codon = triplet de nucléotides sur l’ARN-messager) ; on trouve lequel grâce au code génétique

Remarque : c’est « l’étape cytoplasmique » de la synthèse d’une protéine.
- Rappel : un court enchaînement d’acides aminés s’appelle un peptide ; un très long enchaînement de nombreux acides aminés forme une protéine.
- Caractéristiques du « code génétique » :le code génétique est un « dictionnaire » qui donne la correspondance entre la séquence des nucléotides de l’ARN-messager et l’enchaînement des acides aminés du peptide ou de la protéine correspondante.

Il est universel (c’est le même pour tous les êtres vivants); univoque (à un codon correspond un acide aminé et un seul) ; il est répétitif = redondant = dégénéré : on peut obtenir parfois le même acide aminé à partir de plusieurs codons différents.
b) acteurs et étapes de la traduction de l’ARN-messager

étudier un dessin animé, par exemple celui de « Information génétique II » ; observer et compléter la planche de schémas fournis, où figurent : initiation, élongation, terminaison.
En résumé, la traduction nécessite du matériel : des ARN de transfert, des ribosomes ;

des matières premières : les acides aminés (apportés par le sang et provenant de la digestion des protéines alimentaires) ; des enzymes et de l’énergie nécessaires à la constitution des liaisons peptidiques.
c) amplification de l’efficacité de la traduction  document photographique et schéma d’un polysome fournis

un même ARN-messager est traduit successivement au niveau de plusieurs ribosomes, qui constituent ensemble un polysome. Les protéines fabriquées sont bien sûr identiques.

II. Remarques



1) l’expression génétique n’est jamais totale dans une cellule donnée :

les cellules matures sont différenciées : chacune n’exprime que les gènes « dont elle a besoin » : par ex une cellule de cuir chevelu n’exprime pas les gènes correspondant à la synthèse d’ADH, ni d’insuline ; par contre elle fabrique de la kératine formant les cheveux (ce q’une cellule de cortico-surrénale ou de pancréas ne fait jamais…
2) l’homme sait domestiquer des gènes :

- manipulations génétiques à but thérapeutique : par ex des bactéries transgéniques

( auxquelles on a ajouté le gène de l’insuline humaine )fabriquent « sous ordre » de l’insuline humaine ; ensuite on tue les bactéries, et on extrait la molécule utile

- OGM : le terme désigne le même principe que ci-dessus, mais pour ces plantes, voire ces animaux, on n’extrait pas la molécule, on consomme l’être vivant génétiquement modifié, pour des objectifs , avec des conditions de culture, des répercussions sur la santé humaine, sur lesquels il faut réfléchir et se documenter.

- thérapie génique : il s’agit d’introduire dans chaque( ! ) cellule malade le gène normal , qui fera fabriquer à la cellule la protéine qui lui manque ex recherches à propos de mucovicidose

(et comme les cellules se renouvellent, il faut recommencer le traitement sans cesse)

III. Cellule glandulaire : hors programme ??


Rappel du cours de première sur les tissus : exportation des protéines fabriquées par une cellule glandulaire ;application ici avec les caractéristiques électronographiques ; le rôle de l’appareil de Golgi  (schéma à l’appui)

IV. Incidence des mutations affectant les gènes : voir TD n°2.
Définition : une mutation est une modification de la séquence des nucléotides de l’ADN (le plus souvent ponctuelle : n’affecte qu’un couple de nucléotides).

- Les mutations sont spontanément rares (1/106 à 1/1010) ; leur probabilité d’apparition peut être augmentée par des facteurs mutagènes : voir chapitre précédent sur les cancers :

- Si une mutation efficace affecte une cellule somatique (= du corps hormis les cellules reproductrices) et qu’elle n’est pas réparée, elle conduira au développement d’ un cancer ;

- Si une mutation affecte une cellule germinale (cellule reproductrice), cette mutation sera transmise aux descendants et deviendra héréditaire

 au cours de l’évolution, on a vu ainsi apparaître plusieurs versions pour de nombreux gènes : chaque « version » sous laquelle existe un gène s’appelle un allèle.
V.Tous parents, tous différents
1) Nous sommes tous différents : c’est le polymorphisme

A cause de la diversité génétique : le nombre total des gènes portés par l’ADN est estimé à 30 000 gènes, et chaque gène a plusieurs aspects possibles (= plusieurs allèles). Chaque individu n’a aucune probabilité de rencontrer son ‘’jumeau’’ génétique (sauf les vrais jumeaux !)
a) Cette diversité des gènes est due au brassage de l’information génétique au cours de la reproduction :

- hasard de la répartition des chromosomes et donc des gènes au cours de la méiose

- hasard du spermatozoïde fécondant l’ovule

- de plus, lors de la première division de la méiose, des fragments de chromosome s’échangent entre chromosomes (crossing over)
- La diversité génétique peut être accrue par les mutations de l’ADN, faisant apparaître de nouveaux allèles de gènes (bien que la probabilité de voir apparaître une mutation spontanée soit très faible : de1/106 à 1/1010 )
2) les avantages du polymorphisme :
a) pour l’espèce : plus il existe d’individus différents dans la population, plus sa capacité d’adaptation est grande, et son évolution durable (pour un trouble survenant, il se trouvera dans la diversité des individus résistants à ce trouble)
b) pour chaque individu : un sujet possédant deux allèles différents d’un gène (« un métis ») est souvent plus résistant : par exemple, des individus porteurs « à moitié » d’une anomalie concernant l’hémoglobine : la drépanocytose, résistent mieux au paludisme que les sujets « totalement normaux »
c) moralité du polymorphisme génétique : à l’intérieur d’une espèce (= population naturelle formée d’individus capables de former une descendance), il est stupide et même aberrant de prétendre définir des « races ».


3) Nous sommes tous parents
Tout être vivant est en fait une « collection » de gènes dont les ADN sont formés des mêmes types de nucléotides (A, T, C, G ) enroulés en hélices bicaténaires ; le code génétique qui sert à les exprimer est le même pour tous (= universel).
L’évolution sur terre s’est accompagnée d’une diversification du vivant, dans lequel, néanmoins, deux espèces sont d’autant plus proches que leurs patrimoines génétiques sont voisins : par exemple, 4 espèces d’animaux montrent des ressemblances anatomiques, physiologiques, et moléculaires au niveau de leurs protéines : par exemple, leurs molécules d’insuline ne diffèrent que par les acides aminés 8, 9, 10 : bœuf  -------ala-ser-val--------------

porc : -------thre-ser-ileu ------------- tous les autres

mouton: -------ala-gly-val --------------- acides aminés

cheval :-------thre-gly-ileu -------------- sont les mêmes

________________________________________________________________________

similaire:

Cours : Expression de l’information génétique iconRechercher, extraire, organiser des informations utiles (le bo précise l'information utile)
«transmission de l’excitation nerveuse à la fibre musculaire», selon l’expression de Vulpian dans son cours de 1863

Cours : Expression de l’information génétique iconTP11 L’expression de l’information genetique
«les phénotypes drépanocytaire», «drépanocytose», références gènes béta globine» puis «allèle globine béta». Refaite la même opération...

Cours : Expression de l’information génétique iconL’expression du patrimoine génétique : des gènes aux protéines

Cours : Expression de l’information génétique iconMaintient et remodelage de l’information génétique

Cours : Expression de l’information génétique iconBibliographie expression, stabilité et variation du patrimoine géNÉtique
«Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne». Paris : Le Seuil, 244 p

Cours : Expression de l’information génétique iconChapitre II : chromosomes, genes et information genetique

Cours : Expression de l’information génétique iconLes chromosomes, supports de l’information génétique

Cours : Expression de l’information génétique iconLeçon n°4 : transmission de l’information genetique des parents aux enfants

Cours : Expression de l’information génétique iconI/ Des modifications de l’expression des génomes
«verticale» des parents aux descendants. Cependant, des transferts de matériel génétique qualifiés «d’» sont également possibles,...

Cours : Expression de l’information génétique iconCours 4 : Les fonctions et le fonctionnement du génie génétique








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com