Le caractère buissonnant de la lignée humaine








télécharger 18.36 Kb.
titreLe caractère buissonnant de la lignée humaine
date de publication12.09.2017
taille18.36 Kb.
typeDocumentos
b.21-bal.com > comptabilité > Documentos

Restitution de connaissances TS 2

Le caractère buissonnant de la lignée humaine

L’ensemble des données fournies actuellement par la communauté scientifique permet d’esquisser un modèle des grandes étapes de l’évolution biologique et culturelle de la lignée humaine. Indiquer les critères d’appartenance à la lignée humaine puis exposer les arguments qui permettent de dire que cette lignée présente un caractère buissonnant.
Tous les humains peuplant actuellement la Terre font partie d’une seule et même espèce : Homo sapiens. Cette espèce présente des caractères dérivés qui lui sont propres. La découverte des restes fossiles présentant des caractères dérivés partagés avec l’espèce humaine actuelle permet de proposer une histoire évolutive de la lignée humaine. Lors de notre étude nous montrerons que l’évolution de cette lignée n’est pas linéaire mais buissonnante car des espèces fossiles différentes ont coexisté alors que l’état d’évolution de leurs caractères était différent.
I – Les critères d’appartenance à la lignée humaine


  1. Des caractères dérivés propres à l’Homme sont révélés par l’étude du squelette




    1. Des caractères en rapport avec le développement considérable de l’encéphale




  • Volume crânien : 1400 cm3.

  • Face plate presque à la verticale.




    1. Des caractères en rapport avec une bipédie permanente et perfectionnée




  • Colonne vertébrale à quatre courbures.

  • Position du trou occipital en position centrale pour un bon équilibre…

  • Bassin large et court assurant une très bonne surface d’attache aux muscles intervenant dans la station verticale.




    1. Des caractères en rapport avec la fabrication d’outils


Au niveau de la main : pouce développé qui s’oppose parfaitement aux autres doigts.


    1. Des caractères liés aux mâchoires et aux dents


Mâchoire avec arcade dentaire en forme parabolique.


  1. Il existe aussi des caractères dérivés liés aux activités sociales et culturelles




  • Techniques élaborées.

  • Expression artistique.

  • Manifestations d’une conscience de soi et de la mort (rites funéraires).

  • Langage élaboré.


II – La lignée humaine présente un caractère buissonnant


  1. Les Australopithèques sont les homininés les plus anciens


Les Australopithèques sont présents il y a 4 millions d’années et ont vécu jusqu’à 1 million d’années en Afrique de l’Est et du Sud. Ils présentent des caractères dérivés humains en rapport avec la bipédie (bassin large et court) même si cette dernière est imparfaite, mais leur capacité crânienne réduite : 400 cm3 et la face développée sont des caractères primitifs. On peut donc penser que les Australopithèques appartiennent à la lignée humaine car ils possèdent des caractères dérivés humains. Cependant la présence de caractères primitifs ne nous permet pas de les classer dans le genre Homo, ils appartiennent au genre des Australopithèques. Les différents caractères dérivés de l’Homme n’ont donc pas évolué à la même vitesse. Ainsi, l’acquisition de la bipédie s’est effectuée plus rapidement que l’augmentation du volume crânien. L’évolution de ces différents caractères ne s’est pas faite de façon linéaire et régulière car même parmi les différentes espèces d’Australopithèques, on observe une grande diversité des formes et un degré différent de l’évolution des caractères.


  1. De nombreuses espèces appartenant à la lignée humaine ont coexisté et évolué au cours des temps




    1. Les Homo habilis


Les Homo habilis ont vécu de -2,5 millions d’années à -1,6 millions d’années. Ils présentent des caractères dérivés qui ont permis de les rattacher à la lignée humaine et au genre Homo. La bipédie est quasi parfaite. Ils présentent d’autres caractères dérivés humains : la capacité crânienne augmente : 700 à 800 cm3, réduction de la face, arcade dentaire à tendance parabolique ; apparition des premiers outils : galets aménagés : choppers. Ils sont contemporains des derniers Australopithèques : les Australopithecus robustus, mais les Australopithecus robustus possèdent des caractères dérivés très originaux différents de ceux du genre Homo. On peut donc admettre qu’ils ne sont pas à l’origine du genre Homo. Ils constitueraient une « autre expérience » des voies de l’évolution humaine. Ils formeraient un rameau de la lignée humaine détaché assez tôt de celui du genre Homo. La coexistence des Homo habilis présentant des degrés différents d’évolution des caractères met en évidence le caractère buissonnant des premières étapes de la lignée humaine. Ainsi les Australopithèques formeraient un rameau de la lignée humaine détaché assez tôt de celui des Homo.


    1. Les Homo erectus


Les Homo erectus ont vécu de -1,8 à -100 000 ans. Les nombreuses populations colonisent l’Afrique du Nord, l’Afrique du Sud, le Proche-Orient, l’Asie et l’Europe. Les caractères dérivés humains s’affirment : la bipédie est parfaite : la capacité crânienne augmente encore : 800 à 1000 cm3, les outils sont plus élaborés : bifaces, le feu est maîtrisé, le langage est articulé. Cependant le groupe est très diversifié : les représentants des différentes populations présentent différents degrés d’évolution : c’est pourquoi on peut parler d’évolution buissonnante et non linéaire. Les premiers Homo erectus (Homo ergaster) cohabitent avec les Australopithèques et les Homo habilis et c’est la coexistence, au sein de la lignée humaine et à plusieurs époques, de plusieurs espèces et même de plusieurs genres qui nous permet de dire que la lignée humaine présente une évolution buissonnante.


    1. Les Homo neandertalensis


Les Homo neandertalensis ont vécu de -100 000 ans à -30 000 ans. Ils semblent provenir de l’évolution de l’Homo erectus ayant colonisé l’Europe. Ils présentent un mélange de caractères archaïques et dérivés. Ses caractères archaïques sont le front fuyant, les bourrelets sus-orbitaires. Ses caractères évolués (dérivés) sont la capacité crânienne de 1400 à 1600 cm3, des outils plus variés et plus fins, les rites funéraires, la pensée abstraite. Ils ont cohabité avec l’Homme moderne et possèdent des caractères dérivés qui leur sont propres. Ils ne peuvent en aucun cas être considérés comme les ancêtres communs des Homo sapiens.


    1. Les Homo sapiens sapiens


Les Homo sapiens sapiens ont vécu de -100 000 ans à nos jours. Les caractères dérivés s’affirment (développement de la pensée conceptuelle, les outils se perfectionnent, l’art se développe…) et l’évolution culturelle est devenue prépondérante sur l’évolution biologique. Cependant même chez ces derniers ont trouve des espèces qui (il y a 100 000 ans) présentaient des degrés différents d’évolution des caractères. Les caractères dérivés humains n’évoluent donc pas au même moment et à la même vitesse pour les différentes espèces qui coexistent. On assiste à une évolution en mosaïque.
Appartenir à la lignée humaine dont le seul représentant actuel est l’Homme c’est essentiellement être bipède, avoir la face réduite, une capacité crânienne importante, fabriquer des outils, avoir une pensée consciente associée à un langage articulé. La lignée humaine présente un caractère buissonnant, c’est-à-dire que l’évolution des caractères ne s’est pas faite d’une, manière conjointe et régulière. En effet plusieurs genres et espèces d’hommes présentant des associations variées de caractères plus ou moins évolués, ont coexisté à plusieurs moments. On peut donc admettre que l’évolution progresse selon un mode buissonnant par rameaux divergents. Cependant l’étude de la lignée humaine présente quelques difficultés. En effet les fossiles découverts sont souvent fragmentaires et il est difficile de déterminer à quelle espèce ils appartiennent. Par ailleurs, les découvertes récentes peuvent remettre en cause une phylogénie établie et il n’est pas exclu que la présence uniquement africaine des plus anciens fossiles d’homininés soit due à des conditions de fossilisation exceptionnelles dans la vallée su rift africain.



similaire:

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconL'évolution de la lignée humaine

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconL’exposition que vous visitez aujourd’hui concerne l’évolution de...

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconLe cahier que tu tiens dans tes mains sera ton cahier de route pour...
«Données» apparaît avec une flèche dérouleuse. Choisis «Générales» et tu pourras observer les principales caractéristiques de cette...

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconPpcp projet Pluridisciplinaire à Caractère Professionnel

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconL’examen orl à savoir la gorge et les tympans était normal
«il manquait le caractère brutal d'installation de la douleur, et l'absence de position antalgique»

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconRésumé : Dans cet article, nous introduisons la technique des réseaux...

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconI préambule permettant aux candidats d’appréhender le contexte
...

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconModes d’évolution spatio-temporelle de la division culturelle : Du...
«Umma» (B), communauté des croyants, laquelle est elle-même référée à un caractère maternel (Ummi)

Le caractère buissonnant de la lignée humaine iconCm (4) Littérature et société
«je» de la focalisation, sur la mise au jour du caractère hiérarchisé et fermé de ce micro-groupe social et sur la démystification...

Le caractère buissonnant de la lignée humaine icon1Préambule
«irrationnels» et «à caractère sectaire», qui non seulement feraient la promotion de valeurs et théories en rupture avec la norme...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com