Bibliographie / Webographie








télécharger 49.31 Kb.
titreBibliographie / Webographie
date de publication04.03.2017
taille49.31 Kb.
typeBibliographie
b.21-bal.com > comptabilité > Bibliographie
De Baeremaecker Killian 1SA

Faiderbe Damien
Problèmatique : Le son n’a-t-il que des effets bénéfiques sur l’oreille et le cerveau ?


Lycée Marguerite de Navarre 2010/2011
Sommaire :
Introduction.

-I Le son.

a) Définition du son.

b) Caractéristiques du son.

c) Le décibel.

-II La transmission de l’oreille au cerveau.

a) La réception du son par l’oreille.

b) La transmission au cerveau.
-III Conséquences du son sur le cerveau et sur l’oreille.

a) La surdité.

b) L’hyperacousie.

c) Les acouphènes.
Conclusion.

Annexes.

Lexique.

Bibliographie / Webographie.

Synthèses personnelles.

Introduction :
De nos jours, le son est omniprésent dans notre quotidien à travers les bruits de la ville, la musique…

Il est en permanence en contact avec nos oreilles, et le fait de savoir les conséquences et les causes des désagréments liés au son peut être important pour nous.

C’est pour cela que nous avons choisis cette problématique : Le son n’a t-il que des effets bénéfiques sur le cerveau ?

Nous allons donc voir en premier lieu le son, en le définissant, en donnant ses caractéristiques puis voir les décibels.

Pour ensuite étudier la transmission de l’oreille au cerveau en étudiant la réception de l’oreille et la transmission au cerveau.

Et pour finir nous allons voir les conséquences du son sur le cerveau et les oreilles en étudiant la surdité, l’hyperacousie et les acouphènes.





L'oreille

http://avecousansbemol.com/avez-vous-loreille-absolue/
-I Le son

a) Définition d’un son.
Un son est une vibration, aussi appelé onde sonore qui a été crée par une source mise en mouvement (cordes, peau tendue).

Si la vibration est périodique (répétition des mêmes fluctuations) alors c’est un son s’il ne l’est pas c’est un bruit. L’être humain repère un son grâce a la vibration du tympan suite a la réception des ondes.

Le son ne se déplace pas dans le vide car il faut que les variations se propagent dans un milieu élastique. La densité de ce milieu a un rapport direct avec la vitesse du son, en effet, plus le milieu est dense et plus le son se diffuse rapidement. (5600 m/s pour l’acier au lieu de 300 m/s pour l’air).

Un autre facteur influe sur la vitesse du son, la température, plus il fait froid et moins le son est rapide.

b) Caractéristiques du son.
Un son se divise en trois paramètres principaux :

- son intensité, c'est-à-dire la pression que celui-ci peut causer.

- sa fréquence, qui se traduit par le nombre de vibration par secondes, mais aussi de la hauteur de ses vibrations, plus ces vibrations sont hautes et plus le son sera aigu.

- son timbre, c’est la complexité du son, pour qu’il soit mélodieux, il faut que la fréquence des ondes qui composent ce son soit un multiple entier de la fréquence du son de base.

Les notes sont les fréquences les plus agréables pour l’oreille humaine. L’oreille est sensible au rapport entre deux fréquences.

La note référence est le LA qui a pour référence 440 hertz. Le domaine audible pour l’oreille humaine est pour les fréquences comprises entres 20 et 20 000 Hz, cette limite diminue avec l’âge et en présence de son trop élevés pendant une longue période (baladeur, machines par exemple).

En dessous de 20 Hz ce sont les infrasons, inaudibles pour les humains car trop graves. Ils sont produits par exemple dans les tremblements de terre, mais aussi dans certains films car ces infrasons sont ressentis au niveau de la cage thoracique, ce qui donne un effet de présence.

Les infrasons peuvent causer, à très faible puissance, une gêne psychologique et même des troubles psychologies ou nerveux.
Au dessus de 20 000 Hertz ce sont les ultrasons, inaudibles pour les humains car trop aigues.

Certains animaux comme le chien, la chauve souris et certains rongeurs peuvent les entendre, les chauves-souris peuvent même en émettre pour ce repérer dans le noir grâce a un système de sonar.



Une chauve-souris

http://www.greluche.info/coloriage/ChauveSouris/une-chauve-souris-vampire.gif

c)Le décibel.
Le décibel (unité dB) est une mesure caractérisant la puissance d’un son.

Le décibel correspond à un dixième de bel, qui fût inventé par Alexander Graham Bell.

Alexander Graham Bell était un inventeur, naturalisé canadien. Il est surtout connu pour l’invention du téléphone.Le décibel est exprimé par cette formule :
Xdb= 10log10 (P1/P0)
Où P1 et P0 sont les puissances du son en Watts/m2.

Où X exprime le rapport des deux puissances P1 et P0 en décibel (d’où le 10log, pour cette même formule en bel il suffirait d’enlever le 10 devant le logarithme).

De ce fait, un son d’une puissance de 100 décibels n’est pas deux fois plus puissant qu’un son de 50 décibels.

Lorsqu’un son double en puissance, son niveau sonore augmente de 3 dB.

Voici l’échelle des décibels avec le seuil de douleur humain :


Les seuils d'audition

http://www.geobiologie.fr/images/informer.habitat_sain.environnement_exterieur.sources_04.jpg
-II La transmission de l’oreille au cerveau.
a) La réception du son par l’oreille

L’oreille est divisée en 3 parties :
-l'oreille externe qui est faite en partie essentiellement du pavillon. Le cornet auditif amplifie et transporte les sons vers le tympan.

-l'oreille moyenne est composée de la membrane du tympan et de trois os qui sont le marteau, l’enclume et l’étrier et qui sont organisés de manière à fortement amplifier les vibrations du tympan. Le son actionne le marteau qui vient frapper l'enclume qui est relié à l'étrier. L'information passe de l'un à l'autre. C'est le muscle de l'étrier qui va, en se contractant, bloquer les vibrations trop importantes qui pourraient devenir dangereuses.

-l'oreille interne comprend la cochlée, aussi appelée le limaçon qui est une sorte de coquille d'escargot. Elle comprend aussi le vestibule qui n'est que le centre d'équilibre du corps et n'intervient pas dans l'audition. La cochlée est composée de la membrane de corti. Il est constitué de cellules sensorielles (cellules ciliées internes) et de cellules de soutien (cellules ciliées externes).

Les cellules ciliées internes constituent la base de la réception du son et elles sont chacune sensibles à une certaine fréquence. Elles convergent vers le nerf auditif. Les cellules ciliées externes servent à amplifier le son perçue par l'oreille.

C'est l'excitation des cellules ciliées qui en transmettant l'information au nerf auditif est à la base même de l'audition.

Pour résumer, une fois arrivé à l'oreille, le son est capté par le pavillon. Il traverse le canal auditif et vient frapper le tympan. Il vibre à la même fréquence que le son sous l'action de la pression de l'air. Le tympan à pour utilité de faire passer le son de l'extérieur (l'air, l'oreille externe comprise) jusqu'à l'intérieur de l'oreille (Oreille moyenne et interne).

Le passage au travers du tympan va donc transformer les vibrations de l'air en vibrations mécaniques. Dans la cochlée ces vibrations seront transformer en information nerveuse.



La composition de l’oreille

http://www.medecine-et-sante.com/


b) La transmission au cerveau.

L'information nerveuse après être entrée dans le nerf auditif, se divise en 2 pour former la voie primaire et la voie secondaire.

La voie primaire aboutie au cortex auditif au fond du sillon de Sylvius.

La voie secondaire aboutie elle au cortex poly-sensoriel , cette seconde voie permet le tri de l'information.

L'information qui parvient au cerveau lui donne alors des indications sur intensité du son et sa localisation. La localisation est bien meilleure lorsque les deux oreilles peuvent entendre le son. Cela est possible car le son arrive avec un très léger décalage de temps entre les deux oreilles

Schema illustrant les aires du cerveau

http://www.iurc.montp.inserm.fr/cric/audition/

II) Les différentes pathologies liées à l’audition de l’oreille
a) La surdité

Le danger le plus courant d’une exposition à un son fort pendant une longue durée est la surdité. C’est une pathologie caractérisée par la perte partielle ou totale de l’audition.

La surdité peut aussi s'expliquer par un traumatisme sonore comme un attentat ou un concert, certaines personnes acquièrent une surdité irréversible.

Il y a 3 types de surdité :

1 : La surdité de transmission. Elle est appelée ainsi lorsque les parties internes, externes et moyennes sont touchées par cette pathologie.

2 : La surdité mixte, se caractérise au niveau de la perception par l’oreille et de la transmission jusqu’au cerveau.

3 : Puis la surdité centrale. C’est lorsque les aires auditives du cerveau sont touchées
Les infrasons peuvent causer, à très faible puissance, une gêne psychologique et même des troubles psychologies ou nerveux.

T
rop de bruit


http://www.agirpourlenvironnement.org/campagnes/phix.gif

b)L’hyperacousie
L'hyperacousie est une maladie caractérisée par une intolérance aux sons d'intensité "normale" (soit inférieurs, voire très largement inférieurs à 85 dB), pouvant aller du simple gêne à la douleur. Dans les cas les plus graves, l'hyperacousie constitue un réel problème: certains malades aigus ne peuvent plus supporter le son de leur propre voix, et sont alors contraints de vivre dans la solitude. L'hyperacousie est un dysfonctionnement du système auditif, qui fait que tous les sons normaux sont amplifiés. L'individu n'a pas une meilleure ouïe, mais perçoit le son comme beaucoup plus fort.

Il ne faut pas comparer cette maladie de l’audition avec la phono phobie qui est caractérisée par la peur d'un ou plusieurs sons environnants car selon certains praticiens mal informé l’hyperacousie et d’ordre psychologique ce qui est faux.

c)Les acouphènes

Les acouphènes sont une dysfonction auditive qui fait que le malade entend des bruits (bourdonnements, sifflements par exemple) qui ne sont pas émit extérieurement. Ils sont crées par le système nerveux.

Les acouphènes peuvent être entendues dans une ou dans les deux oreilles. Il existes deux types d’acouphènes :

Objective, c’est le cas le plus rares, ils ne représente que 5% des cas, le médecin qui traite le patient peut entendre ces acouphènes car ils sont traités pour des troubles comme le sang qui bat trop fort. Ces acouphènes peuvent être soignées.

Subjective, qui représente 95% des cas, ces acouphènes ne sont pas guérissables, on peut seulement améliorer la tolérance des patients car on ne connaît leur fonctionnement.
Certaines études ont démontrés que les acouphènes sont dues au cerveau qui comble un manque suite a une perte d’audition, ou à une destruction de certaine cellule de la cochlée.
Les acouphènes


http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/medecine-1/d/acouphenes_993/c3/221/p1/

Conclusion.

Nous avons donc vu que le son était définit pas 3 facteurs, Le timbre, la fréquence et son intensité et que si la vibration n’était pas périodique c’était un bruit.

Nous avons aussi vu comment le son est réceptionné par l’oreille et que celle-ci était divisée en 3 partie. L’oreille interne, externe et moyenne. Et que les cellules ciliées sont la base de la réception. Puis que le son était transformé en information nerveuse divisé en 2 voie pour aller dans le cerveau.Et nous avons conclu sur les différentes maladies qui concernent le son, la surdité, l'hyperacousie et les acouphènes.

Annexe

I doser

Il existe un logiciel qui s'appelle I doser. Ce logiciel vous fait écouter des sons appelé « doses »

Durant à peu près 10 ou 30 minutes selon les doses. Et cela est sensé vous faire ressentir les effets voulu par celle-ci. Cela est aussi appelé une « drogue auditive » mais bien sûr les effets néfastes de la drogue sont absent vu que ce ne sont que des sons. Cela est possible grâce au battement binauraux ou sons binauraux. La définition de son binaural est bien trop technique à expliquer et à comprendre on va donc juste dire que les battements binauraux pourraient influencer le cerveau et on pourrait donc ressentir des effets. Cela dit il y a à quand même d'après des testeur 50% de placebo.





idoser

www.2-high.info/post/2008/09/05/Le-I-Doser

Lexique.

Cortex poly-sensoriel : C’est la partie du cerveau qui s’occupe de la gestion des cinq sens (odorat, toucher, goût, ouïe et vue.)

Pathologie : C’est la(es) conséquence(s) d’une maladie.

Système nerveux : Système de réseau formé des organes, des sens, des nerfs, de la moelle épinière etc. Il coordonne les mouvements musculaires, contrôle le fonctionnement des organes.

Webographie.

La composition de l’oreille.

http://www.medecine-et-sante.com/

Chauve-souris.

http://www.greluche.info/coloriage/ChauveSouris/une-chauve-souris-vampire.gif

Tableau de valeur des décibels.

http://www.geobiologie.fr/images/informer.habitat_sain.environnement_exterieur.sources_04.jpg

Schéma du cerveau.

http://www.iurc.montp.inserm.fr/cric/audition/

Image sur le bruit

http://www.agirpourlenvironnement.org/campagnes/phix.gif

Image illustrant Idoser

www.2-high.info/post/2008/09/05/Le-I-Doser

Images illustrant les acouphènes

http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/medecine-1/d/acouphenes_993/c3/221/p1/

L'oreille

http://avecousansbemol.com/avez-vous-loreille-absolue/

Bibliographie.

Cosinus 046 Page 6 à 13

Pour la science 373 Page 96 à 97

Télérama 3079 P 24 à 27
Synthèses Personnelles
Synthèse de Damien Faiderbe:
Moi et Killian Debaermacker avons choisi ce sujet grâce à nos centres d'intérêts. Nous avons fais un brainstorming de tout ce qui nous passionne et nous avons vu que nous avons là même passion qui est la musique. Nous avons donc choisi « Le son » car cela se rapportait indirectement à la musique et que c'était en rapport avec la physique et la S.V.T. . Ensuite nous avons essayé de trouver une problématique appropriée qui mettait en évidence la science et la biologie du sujet. Nous avons donc abouti à: Le son n'a-t-il que des effets bénéfiques sur l'oreille et le cerveau ?

Pour commencer, nous nous sommes lancer dans la recherche d'informations générales, sans que l'un s'occupe d'une partie du sujet et l'autre du reste. Nous avons donc récolté un quantité raisonnable de connaissances sur le sujet. Nous avons aussi trouver 3 périodiques en rapport avec notre sujet. Nous avons donc dû faire une recherche d'information sur ces périodiques qui nous ont été d'une grande aide. Ensuite nous avons donc pus commencer à faire notre 1er plan. Il était assez laborieux mais l'essentiel étaient la. Nous avions que 2 grandes parties et 4 sous parties en tout.

La partie science et biologie était séparées grâce au plan nous avons donc choisi que je travaillerai sur la partie biologie et Killian sur la partie science. Nous avancions bien dans le TPE

quand un séance Killian n'est pas venu en cours. Et à la fin de cette fameuse séance j'ai oublié d'enregistrer le fichier word dans mes document, il était enregistrer dans le dossier public. Donc n'importe qui pouvait y toucher et il a été effacer. 2 Mois de travail ont donc disparu dans la nature et nous avons donc dû recommencer la partie rédaction sur l'ordinateur mais nous avions toujours nos notes dans le rapport, les périodiques et le plan. Nous avons aussi trouver une expérience en rapport avec notre thème: L'audiogramme. Et enfin nous avons fini le TPE avec un peu de retard.
Synthèse de Killian Debaermacker:

similaire:

Bibliographie / Webographie icon6. Bibliographie et webographie 81

Bibliographie / Webographie iconBibliographie : Webographie

Bibliographie / Webographie iconBibliographie thématique restreinte (1995-2006) Vous pouvez consulter...

Bibliographie / Webographie iconBibliographie “Peripherie und Zentrum”
Bibliographie récapitulative” in: Haïti: Lettres et l’être, Toronto: gref 1982

Bibliographie / Webographie iconBibliographie p. 22

Bibliographie / Webographie iconBibliographie

Bibliographie / Webographie iconBibliographie

Bibliographie / Webographie iconBibliographie

Bibliographie / Webographie iconBibliographie. 69

Bibliographie / Webographie iconBibliographie








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com