Essais d’implantation








télécharger 277.08 Kb.
titreEssais d’implantation
page1/3
date de publication19.05.2017
taille277.08 Kb.
typeEssais
b.21-bal.com > Biología > Essais
  1   2   3
République algérienne Démocratique et Populairear02

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique

Université Mentouri Constantine

Faculté des science de l’ingénieur

Département d’électronique

Master 1 électroniqque biomédicale


LES TESTS DE BIOCOMPATIBILITE


Réalisé par :

Benmalek Imen

Lahmar Asma

Daili F.Zohra

Atoussi Sarah

Med.Mohameden

Mr. Mohamed REMRAM

Les parties

Introduction et conclusion

Benmalek Imen

Biomatériau

Benmalek Imen

Biocompatibilité

Daili F.zohra

La préparation des échantillons et les matériaux requis

Daili F.zohra

Cellules de mammifères

Karboua MeriemElle n’a pas fait sa partie

Liste des tests

Les tests de A jusqu’à E : Benmalek Imen

F jusqu’à I : Lahmar Asma

J jusqu’à M : Atoussi Sarah

L’expérimentation animale

Med.Mohameden

Alternatives a l’expérimentation animale

Lekikot Med. El. MehdiIl n’a pas fait sa partie


Plan de travail


Introduction

  1. BIOMATERIAU

*Definition d’un biomateriau

*definition d’un biomateriel

*reponse biologique de l’organisme a l’introduction d’un biomateriau

  1. biocompatibilite

*historique

*definition de la biocompatibilite

*principes generaux

La préparation des échantillons et les matériaux requis

Cellules de mammifères

  1. DEFINITION

  2. HISTORIQUE

  3. DOMAINESD’APPLICATIONS ET DES PRODUITS A PARTTIR DE CELLULES MAMMIFIERES

Liste de tests

  1. TEST DE CYTOTOXICITE

  2. TEST GENOTOXICOLOGIEMUTAGENICITE

  3. HEMOCOMPATIBILITE

  4. ESSAIS D’IMPLANTATION

  5. IRRITATION(TESTS DE LA REACTIVITE INTRA-CUTANEE)

  6. ESSAIS DE PYROGENICITE

  7. ESSAI DE SENSIBILISATION

  8. TOXICITE SYSTEMIQUE Aiguë

  9. ESSAIS DE TOXICITE SUBCHRONIQUE

  10. TOXICITE CHRONIQUE

  11. TEST DE CARCINOGENICITE

  12. TEST DE TOXICITE DE LA REPRODUCTION/DEVELOPPEMENTTAL

  13. TEST DE BIODEGRADATION

L’expérimentation animale

*DEFINITION

*HISTORIQUE

*QUESTIONS SUR L’EXPERIMENTATION ANIMALE

*RISQUE DE L’EXPERIMENTATION ANIMALE

*CONCLUSION

Alternatives à l’expérimentation animale

Conclusion

Bibliographie

introduction

La biocompatibilité est la capacité d'un matériau ou un dispositif détestent biologiquement inactifs lors de l'implantation période. Le but d'un test de biocompatibilité est de déterminer la toxicité potentielle résultant du contact de l'appareil avec le corps. Les matériaux appareil ne doit pas produire effets indésirables locaux ou systémiques, être cancérigènes, ou de produire effets néfastes sur la reproduction ou le développement,ni directement, ni par lalibération de leur matériel constituants (60).Par conséquent, les dispositifs médicaux doivent être testés pour la cytotoxicité, la toxicité, la toxicité spécifique pour les organes cibles,irritation de la sensibilisation de la peau et des muqueuses, hémocompatibilité, les effets d'implantation à court terme, génotoxicité, de carcinogénicité,et les effets sur la reproduction. La biocompatibilité d'un alliage Ni-Ti doit inclure la biocompatibilité des constituants de l’alliage. Comme les alliagesNi-Ticorrosion, des ions métalliquessontlibérésdans les tissus adjacentsou de liquidespardesautresmécanismesque la corrosion(61).Bien que les alliagesNi-Ti contiennent plus de nickel de 316en acier inoxydable,ils montrentune bonne biocompatibilitéet une haute résistance à la corrosion [10].

biomatériau

La préservation de l’intégrité corporelle, la réparation des lésions tissulaires et la mise au point de systèmes visant à pallier les déficiences fonctionnelles ont conduit à l’utilisation de matériaux non-vivants au contact de l’organisme. Ces procédures déjà utilisées dans l’Antiquité ont amené à définir beaucoup plus récemment le concept de biomatériau [11].

definition d’un biomatériau

La Société Européenne des Biomatériaux (European Society for Biomaterials) a défini en 1986ce qu’elle a complété en 1991, lors de la conférence de Chester(UK), un biomatériau comme « un matériau conçu pour interagiravec les systèmes biologiques». Cette définition pourrait être complétée de la façon suivante «un matériau conçu pourinteragir avec les systèmes biologiques, qu’il participe à laconstitution d’un dispositif à visée diagnostique ou à celle d’unsubstitut de tissu ou d’organe ou encore à celle d’un dispositifde suppléance (ou d’assistance) fonctionnelle ». Le domaine des biomatériaux est donc très vaste et regroupe plusieurs milliers de produits, d’origine naturelle pour certains ou dérivant directement du domaine des matériaux de synthèse, ou non, pour les autres, à l’express condition de leur absence d’effet délétère pour l’organisme [1], Les biomatériaux peuvent être classés en quatre groupes :

• Métaux et alliages métalliques.

• Céramiques.

• Polymères et « matières molles ».

• Matériaux d’origine naturelle.

DEFINITION D’UN BIOMATERIEL

C’est un objet composé de un ou plusieurs biomatériaux bruts ou mis en œuvre : extrusion, tissage…etc. Par exemple le polypropylène est un biomatériau et une bandelette sous-urétrale un biomatériel. Aujourd’hui le terme de dispositif médical (DM) implantable est utilisé pour les biomatérielscomposés de biomatériaux synthétiques. Cette notion « d’implantable » correspond à une durée d’utilisation dans le corps humain de plus de 30 jours. Cette notion reste critiquable car des effets délétères peuvent être susceptibles d’apparaître avant ces 30 jours [11].

réponse biologique de l’organisme a l’introduction d’un biolatériau

Quelle que soit sa qualité, un biomatériau reste un corps étranger et son introduction dans l’organisme, entraîne une réaction plus ou moins importante du tissu environnant. La réaction tissulaire constitue une réaction inflammatoire aminima, où l’on retrouve les cinq phases classiques de l’inflammation, les trois premières étant généralement faibles et inapparentes : phase initiale d’induction, phase d’hyperhémie et de stase sanguine, phase d’exsudation plasmatique, phase d’infiltration cellulaire et phase de réparation. Cependant ce type de réaction dépend du tissu cible et de la durée de contact avec ce tissu. Au sein d’une cavité naturelle c’est la muqueuse et plus spécifiquement l’épithélium qui joue le rôle d’interface entre l’organisme et le matériau. Laphase de réparation peut se faire de trois façons :

• Intégration harmonieuse et colonisation par des tissus vivants.

• Encapsulation par une coque fibreuse et tolérance.

• Élimination spontanée dans des délais variables, notamment en cas d’infection.

Un certain nombre de critères déterminent cette réaction, comme la nature même du matériau, l’état et l’importance de la surface de contact avec l’organisme. Obtenir une réaction d’intégration favorable conduit à définir la biocompatibilité [11].

biocompatibilité

historique

Les biomatériaux ont une histoire longue de plus de mille ans. Les premiers matériaux implantés ont été l’or, l’argent et le cuivre, sans aucune notion de biocompatibilité, un terme apparu il y a une cinquantaine d'années. Les notions de biomatériau et de biocompatibilité ont évolué continûment en fonction des connaissances acquises et des performances des matériaux.

En 1982, une première définition a été proposée lors de la Conférence de consensus biomatériaux: « Toute substance (autre qu’un principe actif) ou combinaison de substances d’origine naturelle ou synthétique, pouvant être utilisée en tout temps, comme système à part entière ou partie de système qui traite, accroît ou remplace un tissu, un organe ou une fonction du corps. »

En 1986, lors de la même conférence, une définition complémentaire a été proposée : « Un matériau non viable, utilisé dans un dispositif médical pour interagir avec les milieux biologiques. »[2].

En 1987, Williams a proposé la définition la suivante: “biocompatibility is the ability of a material to perform with an appropriate host response in a specific application[3, 4].
Williams propose en 2008 unedéfinition plus complète: “biocompatibility refers to the ability of a biomaterial to perform its desired functions with respect to a medical therapy, without eliciting any undesirable local or systemic effect in the recipient or beneficiary of that hereby, but generating the most appropriate beneficial cellular or tissueresponse in that specific situation, and optimizing the clinically relevant performance of that therapy.” [5].
DEFINITION DE LA BIOCOMPATIBILITE

La biocompatibilité intègre l'ensemble des phénomènes mis en jeu dans un environnement biologique : absence de toxicité du matériau pour l'organisme et absence de dégradation du matériau par l'organisme. Ainsi biocompatible signifie d'une part que le matériau n'est pas à l'origine de phénomènes locaux ou systémiques néfastes pour la santé du receveur (toxicité, carcinogénicité) et d'autre part que les tissus du receveur et les fluides physiologiques (en particulier les urines) ne sont pas susceptibles d'altérer le matériau au détriment de ses qualités intrinsèques ou au risque de générer des produits de dégradation toxiques[6, 7,8]. Plus la relation matériau-tissu doit être maintenue longtemps, plus cette exigence doit être satisfaite. Ceci pourrait être résumé sous le terme : « travail sous contrainte biologique ». La biocompatibilité idéale est toujours très difficile à atteindre et il faut tendre vers un compromis cliniquement acceptable. [9]
PRINCIPE GENERAUX
Le choix et l'évaluation de tout matériau, matériel ou dispositif destiné à être utilisé chez l'Homme, exige un programme d'évaluation structuré. Une étude de la biocompatibilité a deux objectifs principaux :

D’une part, prouver l'absence vraisemblable d'effet délétère du matériau ou dispositif considéré, et d'autre part, accumuler des données prédictives du comportement in vivo du matériau ou dispositif.

Dans la stratégie globale d'évaluation de la biocompatibilité, il faut tenir compte non seulement des caractéristiques et des propriétés (physiques, chimiques, mécaniques et morphologiques) des matériaux, mais aussi de la tolérance de ces matériaux. Ces propriétés sont appréhendées au cours de l'évaluation biologique in vitro avant d'envisager les études in vivo chez l'animal.

La biocompatibilité implique non seulement les réponses des deux composants du système biomatériau-tissu (réponses à considérer séparément mais qui peuvent être interdépendantes) mais également les phénomènes aux interfaces.

LA PREPARATION DES ECHANTILLOnS ET LES MATERIAUX REQUIS

La préparation et le traitement des échantillons est un aspect fondamental dans les Tests debiocompatibilité. Les directives existantes sont représentées principalement par des documents officiellement reconnus : l’ISO 10993,FDA …etc.

ISO 10993 :Standard international développé par “The International Organization for Standardisation (ISO)” en 1992. Il comprend un document de base intitulé “Guidance to Selection of Tests”. Ce document constitue seulement une section d’un ensemble de douze parties décrivant les essais relatifs à différents champs biologiques.

Le standard ISO divise les dispositifs médicaux en trois classes selon le type de contact avec le corps humain : en surface, communiquant avec l’extérieur ou implantable. A l’intérieur de ces trois premières classes, ces dispositifs sont également subdivisés en trois catégories selon le temps d’exposition : limité (<24h), prolongé (entre 24 h et 30 d) ou permanent (> 30 d).
Les normes recommandent de tester les dispositifs médicaux dans leur forme finale et la composition chaque fois que possible. Si des dispositifs finis ne sont pas disponibles pour les tests, l'évaluation des sous-représentant de l'appareil est également acceptable.

Si l'appareil est trop grand ou ne peut pas être testé dans son ensemble, chaque composant matériel différent qui a le potentiel d'entrer en contact avec les tissus de l'organisme devrait êtrereprésentés dans la même proportion dans l'échantillon test comme il est dans le produit final. Depuis biomatériaux sont normalement insolubles et les méthodes detests biocompatibilité sont souvent conçus pour les composés solubles, les tests de biocompatibilité peut être modifié pour l'évaluation des extraits liquides.

Toutefois, il convient de garder à l'esprit que les problèmes se situent souvent dans les détails depuis les matériaux peuvent subir une large gamme de recuit, passivation, polissage électrolytique, et les procédés de nettoyage qui peut conduire à des changements importants de leur caractère.

Ainsi, bien que le matériel sous-jacent puisse être clairement identifié, la chimie de surface exacte, la corrosion de surface, et la durabilité de l'appareil pendant une période prolongée peut varier considérablement en fonction du traitement spécifique et étapes de finition.

liste des tests

Test de cytotoxicité

Des essais de culturede cellules sontutiliséspourévaluerlabiocompatibilité d'un matériauou d'un extraitpar l'utilisation de cellules isoléesin vitro. Cestechniquessont utiles pourévaluerle potentiel detoxicitéoud'irritationdesmatériaux et produits chimiques. Ilsfournissentun excellent moyen del'écrande matières avantles tests in vivo [12].

Il existetroistestsde cytotoxicitécourammentutiliséspour les dispositifs médicaux :

Laprocédure decontact directest recommandéepour lesmatériaux de faible densité, tels queles polymèresde lentilles de contact. Dans cetteméthode, un morceaudematériel d'essai estplacé directement surles cellulesen croissancesurmilieu de culture. Lescellulessont ensuite incubées. Durantl'incubation, les produits chimiques lixiviablesdanslematériel d'essaipeut se diffuserdansle milieu de cultureet decontact avec la couchede cellules. Réactivitéde l'échantillonest indiquéeparune malformation, la dégénérescence etla lysedescellulesdanslematériaud'essai [12].

Letestde diffusion en géloseestappropriépourles matériauxà haute densité, telles queles fermeturesen élastomère. Dans cetteméthode, une fine couchedenutriments-agar complétéest placée surles cellulescultivées. Le matérield'essai(ou un extraitdu matériel d'essaiséché surpapier filtre) estplacésur le dessusde lacouche d'agar, etles cellules sont incubées. Unezonedecellulesmalformées, dégénératives ou lyséesdansetautour dematériau d'essaiindiquecytotoxicité.

Letestd'élutionMEMutilisedifférentsmédiasextractionetles conditionsd'extractionpourtesterdes dispositifsselon lesconditions réelles d'utilisationouà exagérercesconditions. Extraitspeut êtretitrépour donnerunemesure semi-quantitativedela cytotoxicité. Après la préparation,les extraitssont transférés surune couchede cellulesetincubé. Aprèsincubation, lescellulessont examinées au microscopepour la malformation, la dégénérescence et la lyse descellules. (Voir toutes lespropos del'articleExtraitspour plus d'informationssur lasélectiondel'extractiondes médiasetconditions.) Au moins untypedetestde cytotoxicitédoit êtreeffectuéesurchaquecomposantden'importe quel appareil [12].

Le choix d'un ou plusieurs de ces catégories dépend de la naturede l'échantillon à être évalués.Ce choix détermine ensuite les détails de la préparation deséchantillonsà tester,la préparation des cellules en culture, et la façon dont les cellulessont exposées à des échantillons ou de leurs extraits.À la fin de la durée d'exposition, l'évaluation de la présence et l'ampleur de l'effetcytotoxiqueestentrepris.Une telle stratégie met à disposition une batterie de tests, qui reflètel'approchedenombreux groupes qui militent dans les essais biologiques in vitro [13].

  1   2   3

similaire:

Essais d’implantation iconEssais d’implantation

Essais d’implantation iconEssais d’implantation

Essais d’implantation iconEssais et conférences
«essais et conférences» portant sur les résultats de quelques-uns de nos travaux. Notre nouveau recueil, où se trouvent groupés des...

Essais d’implantation iconEssais et conférences
«essais et conférences» portant sur les résultats de quelques-uns de nos travaux. Notre nouveau recueil, où se trouvent groupés des...

Essais d’implantation iconI/ De la fécondation à l’implantation de l’embryon

Essais d’implantation iconEssais et conférences

Essais d’implantation iconEssais et conférences

Essais d’implantation iconEssais sur

Essais d’implantation iconEssais sur le pluralisme

Essais d’implantation iconEssais de psychanalyse appliquée








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
b.21-bal.com